Résultats pour 'henri portes'

Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

À l’ouverture des fêtes, les forcados ont été honorés

Créé par le 31 août 2022 | Dans : actualité, com com armagnac, fête, gers, mairie, musique, spectacle, sport, tradition

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMG_0019

Henri Portes, photos Pierre Delhoste

Vendredi 26 août, a eu lieu l’ouverture des fêtes de Cazaubon 2022.

Bien avant 19 heures, la place de la mairie a été investie par les élus Cazaubonnais, les membres du Comité des fêtes, la banda Las Murgas, les habitants de Cazaubon-Barbotan les Thermes, et leurs amis des villages voisins, les festayres, ainsi que les curistes et vacanciers.

Pour assister à la cérémonie de la remise des clés de la ville, par Isabelle Tintané , maire de la ville au responsable du Comité des fêtes, il y avait foule.

Après le discours d’ouverture, puis la remise des clés, la réception officielle en l’honneur de la délégation de Chamusca a eu lieu.

Cette année, pour la 20e fois que les Forcados d’Amadores de Chamusca viennent tparticiper à la corrida portugaise de Cazaubon, la municipalité, ainsi que le Comité des fêtes de Barbotan les Thermes, tenaient à fêter d’une manière particulière leur venue et cet anniversaire.   Isabelle Tintané, au nom de tous a remis l’épée de d’Artagnan au responsable de la délégation.

Pourquoi offrir une épée de mousquetaire aux Forcados ?

Claude Saintrap, a bien voulu répondre à cette interrogation :

« Déjà, il y a 10 ans, en tant que maire de Cazaubon-Barbotan les Thermes, la municipalité honorait pour leur fidélité les Forcados en leur remettant la médaille de la ville de Cazaubon. Pour cet anniversaire, nous avons cherché à leur offrir un cadeau très original et qui allait marquer l’événement d’une façon exceptionnelle.

L’épée des Mousquetaires gascons qui  leur a été remise est un hommage à leur bravoure et à leur histoire. Les forcados actuels sont les descendants des Mousquetaires d’autrefois.  Ils étaient chargés à l’époque, d’assurer la sécurité de la loge royale ainsi que du public et pour cela, ils encerclaient la piste.

 Lorsque l’usage des armes à feu était trop dangereux, et que l’animal se rapprochait trop du public, il devenait nécessaire de le saisir à mains nues pour le remettre sur la piste.

Le terme forca rappelle la pique à deux dents que l’on fichait en terre pour tirer au mousquet.

Le passé militaire des forcados se retrouve aussi dans le nom donné au chef de l’équipe. Ce dernier s’appelle encore aujourd’hui Cabo (caporal en Portugais). Voilà pourquoi, cette épée de Mousquetaire a été offerte aux forcados… »

 La banda Las Murgas avec son répertoire très festif, a ensuite animé l’apéritif offert par la municipalité.

IMG_0034 IMG_0036 IMG_0077

La Corrida Portugaise avec Oscar Borjas et Sergio Dominguez

Créé par le 17 août 2022 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, gers, infos, les sorties, loisirs, mairie, musique, patrimoine, spectacle, sport, tradition

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

Photo: Henri Portes

Photo: Henri Portes

Samedi 27 août à 17 h 30, aux arénes Jean et Gérard Darrigade à Cazaubon, le Comité des fêtes propose une Corrida Portugaise avec la participation des cavaliers Oscar Borjas et Sergio Dominguez, des forcados amadores de Chamusca et 5 toros de l’élevage Jalabert

Oscar Borjas, seraprésent à Cazaubon, pour son 3e paseo. Ce grand cavalier est très apprécié du public Cazaubonnais.

Oscar Borjas Pise, est né à Burgos le 28 Janvier 1983

Il est issu d’une famille de cavaliers. Oscar est la troisième génération qui s’adonne au dressage des chevaux. Avec son père il parcourt toute l’Espagne et présente un spectacle familial dont il est l’axe fondamental. Grâce aux bonnes relations que son père entretient avec le Maestro Pablo Hermoso de Mendoza, Oscar à l’opportunité de s’entraîner avec quelques becerradas.

En 2009, avec David Bornos il décide de consacrer sa vie au rejon et s’entraîne sans relâche dans la finca familiale à Carcedos de Burgos.

Après plusieurs années de travail acharné et de sacrifices, Oscar fait ses débuts le 15 août 2012 à Melgar de Fernamental lors d’une novillada qu’organise son apoderado et ami Curro (autrefois matador de toros) propriétaire de la ganaderia « Los Nogales » située dans la vallée de Losa. Oscar coupe quatre oreilles avec une grande force et sort des arènes à hombros.

 Sergio Dominguez, figure montante du rejoneo, originaire de la Rioja se produira cette année à Bayonne, Arles, Madrid… et bien d’autres arènes importantes.

C’est son 1er paseo à Cazaubon.

Il est né le 5 novembre 1983 à Calahorra (La Rioja),

Son début en public remonte au 28 juin 2000 à Castejón (Navarra). Novillos de Guadaíra avec Andy Cartagena : 1 oreille

Alternative : Calahorra, le 25 août 2001. Toros de Castilblanco

Parrain : Pablo Hermoso de Mendoza – Témoin : Rui Fernandes

Le toro de l’alternative s’appelait Liberado : 1 oreille

Confirmation dans les arènes de Las Ventas le 17 mai 2009, avec Pablo Hermoso de Mendoza et Andy Cartagena, avec la ganaderia de los Esparatales.

Temporada 2022 : 2 oreilles à Bayonne le 30 juillet.

5 toros de l’élevage Jalaber

En 1979 et 1980, Luc et Marc Jalabert créent un élevage de taureaux espagnols avec deux fers, l’un est inscrit à leur nom, l’autre sous l’appellation du Laget. Luc, rejoneador et empresario taurin est l’homme de la lumière, Marc l’homme de l’ombre. Deux personnalités différentes et complémentaires qui vont leur permettre de réussir dans leur difficile ambition de créer un élevage de toros de lidia en France. Partant avec du bétail portugais, ce sang fut peu à peu absorbé par les injections successives de sang Domecq via Los Guateles, Gerardo Ortega et Aldeanueva. Ce bétail est marqué du fer du Laget, tandis que de nouvelles souches Domecq via La Gloria et Valdeterrazo peuplent le fer des frères Jalabert.

La devise : Or et Vert

Signal : Raze aux deux oreilles

Propriétaire : Marc et Jean Baptiste Jalabert

Gérant : Luc et Jean Baptiste Jalabert

Fincas : « Mas de La Chassagne » Arles •

Association des Eleveurs Français de Taureaux de Combat

- Les forcados amadores de Chamusca.

Cela fait vingt ans que les forcados de Chamusca se produisent dans les arènes de Cazaubon, nous souhaitons célébrer cet événement (ils ont reçu la médaille de la ville il y a 10 ans) par une cérémonie « particulière » le vendredi 26/08/2022 à 19h30 place de la mairie de Cazaubon en présence de Mme le Maire et son conseil ainsi que des personnalités de Chamusca et une partie importante des anciens Forcados qui sont venus durant ces 20 ans.

Ce moment festif est ouvert à tous, Mme le Maire ouvrira les festivités et un apéritif sera offert par la municipalité.

Arbitre, on en parle

Créé par le 12 août 2022 | Dans : actualité, com com landes armagnac, infos, landes, loisirs, sport

GABARRET

Photo: Régis Apparicio

Photo: Régis Apparicio

Régis Apparicio et Henri Portes

Régis Apparicio du Gabardan Athlétique Sport (GAS Rugby), arbitre qui après une longue carrière sur la pelouse, a décidé de poser les crampons et qui est devenu superviseur d’arbitres, vendredi, a bien voulu s’exprimer sur le rôle important de l’arbitre, ses relations avec les joueurs, mais aussi avec les supporters.

Je me souviens que le premier match dans le Gers où je devais faire un reportage, a sérieusement dégénéré dans les tribunes, ainsi que sur le terrain. Heureusement pour l’image du rugby, les autres matchs furent beaucoup plus pacifiques.  

Régis Apparicio :

« Au sujet de l’arbitre, nous entendons « Malhonnête, enfoiré, pourri, parfois même, enc***. Beaucoup de surnoms affectueux lui sont donnés de l’autre côté de la main courante. Lui, il se pare de sa tenue verte, jaune parfois rose suivant les circonstances. Cet individu, on a l’habitude de l’appeler « Monsieur l’Arbitre ».

La majorité des hurluberlus, certainement ragaillardis par quelques décilitres de houblon ingurgités à la buvette locale, se permettent de remettre en cause ses décisions même s’ils n’ont aucune connaissance des règles du jeu.

Le grand jeu du dimanche consiste à faire rire l’assistance et à vider son surplus d’agressivité quitte à le conspuer, le chahuter, certains se permettant même de les bousculer, tellement ils sont persuadés d’en savoir plus que lui, le rendant responsable de la défaite de leur équipe plutôt que de s’interroger sur les propres carences des joueurs de leur équipe. C’est tellement plus simple de remettre en cause l’autre et lui faire porter le chapeau.

Ce justicier en short « La Poste » n’a pas le droit à l’erreur, peu importe que ce soit au plus bas niveau régional ou au plus haut niveau international.

Pourtant, cet homme est essentiel au bon déroulement du jeu, certains l’ont même affublé du « mal nécessaire au rugby » mais il est utile voire même très utile à son club. En effet, pour pouvoir officier, chaque arbitre doit être licencié dans un club, sachant que chaque club, en fonction de son niveau, est dans l’obligation de fournir à minima un arbitre licencié à la FFR. Cet individu, souvent décrié, rapporte donc des points à son club qui peuvent être majorés en fonction du nombre de matchs arbitrés et qui peuvent faire basculer le classement de leur équipe du bon côté du classement… »

Merci, Régis pour ces précisions, qui souhaitons-le, permettront à certains des supporters, d’être plus respectueux de Monsieur l’Arbitre.

Au GAS, nous avons comme arbitre, Olivier Dubouch, peux-tu nous en parler ?

Régis Apparicio

« Olivier Dubouch fait partie de cette catégorie, il s’est essayé au sifflet sans trop savoir de quoi il en retournerait.

Il a débuté sa carrière comme beaucoup d’arbitres en tant que joueur de Gabarret, mais la blessure tellement classique au rugby, à savoir la fameuse rupture des ligaments croisés antéro-externes, a hélas eu raison de ses velléités de poursuivre cette carrière prometteuse, en suivant les traces de son père.

Cela lui a vite plu, il y a pris goût prenant du plaisir et y trouvant assurance, confiance en soi et sérénité, dans cette posture tellement différente de celle de joueur.

Ses qualités, sa compréhension du jeu, sa connaissance de la règle et son application sur le terrain, son humilité ont vite tapé dans les yeux des instances.

Il a donc passé un premier cap en étant arbitre classé en fédérale 3 avant de monter d’échelon pour arriver à la Fédérale 2.

Et, on peut dire que pour cette année sportive 2021-2022, Olivier a beaucoup œuvré dans les 4 coins de la Gascogne et des régions limitrophes. Jugez-en plutôt

Nombre total de matchs arbitrés : 51

Nombre de matchs arbitrés en Fédérale 2 et 3 : 11

Nombre de matchs en tant qu’arbitre assistant en Fédérale 1et Espoirs : 15

Nombre de matchs Espoirs : 3

Nombre de matchs numéro 4 et 5 en PROD2 : 6

Nombre de matchs Élite Féminine : 1

Nombre de matchs amicaux :  2

Nombre de matchs de jeunes (Crabos, Alamercery) : 7

Nombre de matchs de séries territoriales (jeunes et seniors) : 6

Pour se rendre compte de ce que cela représente en nombre de matchs arbitrés, son club de cœur a joué 21 matchs officiels lors de cette saison.

Hélas, ces fameuses instances ont décidé que d’autres arbitres possédaient un bagage supérieur au sien le maintenant ainsi à son niveau en Fédérale 2. Olivier n’est pas du genre à se plaindre mais aucune explication ne lui a été fournie, son amertume et sa déception sont légitimes face à cette absence de communication sur cette décision. Heureusement, d’autres éléments extra-sportifs sont venus atténuer cette déception puisque Mattéo arrivé dans son foyer le 30 juillet va désormais occuper une partie de son temps. Félicitations aux nouveaux parents et bienvenue à Mattéo.

Cela ne l’empêchera pas de continuer à officier sur les terrains en 2022-2023 avec dans un coin de la tête l’idée de rejoindre l’autre arbitre, licencié affectivement à Gabarret en PROD2 , Jean Lespès.

Un grand merci à Olivier pour son implication dans la vie du club de Gabarret qui t’en es reconnaissant en espérant que le niveau actuel ne soit qu’un palier dans ta carrière d’arbitre. »

Merci à toi Régis, je me joins à tous ceux qui au GAS et à Gabarret, expriment régulièrement leur reconnaissance pour tout ce que tu as fait et continue de faire au sein du GAS et pour le rugby.

Un grand merci aussi pour tes bonnes relations avec moi, ta sympathique coopération qui me permet de sortir de bons articles pour le plus grand  plaisir des lecteurs d’Actuarmagnacaise,  Sud-Ouest, et le Journal du Gers.

Olivier Dubouch

Olivier Dubouch

Un job, et si j’essayais l’Ehpad de Gabarret ?

Créé par le 22 mai 2022 | Dans : actualité, com com landes armagnac, infos, landes, mairie, santé, service social, solidarité

GABARRET

IMG_2018

Sylvie Baczkowski, les résidents et Henri Portes

Sylvie Baczkowski est en formation d’animatrice en gérontologie à l’EHPAD de Gabarret. Elle a fait  son projet final sur la valorisation des métiers en Ehpad  par les résidents.

Le résultat  de tout ce travail d’équipe avec Sylvie Baczkowski, mérite bien d’être publié et évidemment d’être lu par les proches des résidents,  par les familles  du gabardan et d’ailleurs, ainsi que par le personnel des Ehpad.  

Les métiers de L’Ehpad vous semblent gris ? Attention aux a priori.

« Nous sommes quelques résidents de l’Ehpad « Les Ajoncs » de Gabarret qui, à travers des animations sur le thème  « Vis ma vie » avons découvert les différents métiers du grand âge.

 Le temps de se vêtir d’une tenue professionnelle pour être en immersion totale, nous avons endossé le rôle de lingère, de service en restauration, de cuisinier, de service d’hygiène, d’aide-soignante,  d’agent d’entretien et d’animatrice.

Pour les autres métiers comme l’administratif, le pôle soin, et la direction, nous sommes allés à la rencontre des professionnels afin de les interviewer.

 Notre intention était de découvrir les professions dans leur totalité en dehors de ce que nous percevons au quotidien.

Selon un sondage de 2019, les 2/3 des français, soit 68% ont une mauvaise image des Ehpad.

De nos jours encore, combien de personnes utilisent le mot hospice ou mouroir pour évoquer ces structures. Tout ceci est encore dans l’inconscient collectif par méconnaissance ou ignorance du sujet.

Cette mauvaise image véhiculée par les médias a été appuyée par la sortie du livre à scandale « Les fossoyeurs » qui dénonce les dérives d’un groupe privé à but lucratif.

Les Ehpad souffrent des révélations sur les pratiques de certains et nous, résidents, nous nous rendons compte à quel point ceci pollue et accable le personnel des métiers du grand âge qui, par conséquent, deviennent des victimes collatérales.

Paroles des résidents :

 « Ce qui se dit dans certains journaux ne se fait pas dans tous les Ehpad»

  « Pour un ou deux cas, ce sont tous les Ehpad qui prennent »

« À Gabarret, nous n’avons pas de mauvaises images des Ehpad. »

Certaines structures éprouvent des difficultés à attirer des personnes  vers ces métiers d’où la difficulté de recrutement et le manque de personnel.

On ne peut pas nier que le personnel est parfois en sous-effectif, lié au manque d’attractivité des métiers du grand âge. Malgré ces aléas, les membres du personnel ont cette capacité à rester patients, bienveillants, attentionnés et c’est tout à leur honneur.

Travailler en Ehpad demande de belles qualités humaines. Bien sûr, nous demandons à ce que vous soyez respectueux envers nous, les aînés, mais ceci vaut également dans les deux sens.

Il faut savoir donner et en contrepartie savoir recevoir.

L’image que l’on nous renvoie et notre prise en considération, permettent de se dire qu’on est encore une personne à part entière.

Nous sommes rentrés à l’Ehpad de Gabarret pour diverses raisons qui sont pour certains le rapprochement familial, d’autres une nécessité d’être en sécurité et d’autres pour palier à la solitude. Certains peuvent nous rejoindre le temps d’un séjour temporaire pour soulager les aidants. Par ailleurs, l’entrée peut ne pas être définitive.

 Il n’est pas rare que des personnes rentrent chez elles grâce à un accompagnement individualisé et une reprise de l’autonomie

Nous demandons peu de choses, simplement le personnel nécessaire pour nous accompagner tout au long du chemin qui nous reste à parcourir.

 Il faut se débarrasser des idées reçues qui disent que lorsqu’on rentre dans un Ehpad notre vie est terminée et n’a plus de sens.

Certes, nous avons dû faire le deuil de notre ancienne vie, mais c’en est une nouvelle qui commence.

Pour que cela se fasse paisiblement, nous avons un besoin vital de moyens humains.

 La grande diversité  des professions en Ehpad permet de travailler en buanderie, en service restauration, en cuisine, dans l’administratif, dans l’équipe d’hygiène des locaux, dans le service entretien, dans les soins… .

Il n’est pas  forcément nécessaire d’avoir un diplôme pour intégrer les Ehpad. Les formations et les diplômes peuvent être éventuellement financés via l’établissement ou par d’autres organismes

Mettre en avant les valeurs de ces professions méconnues,  porteuses de sens et de valeurs humaines, nous tient à cœur.

« Si l’on donne l’impulsion  et que l’on pousse un peu la porte ne serait-ce que par curiosité, alors on peut se surprendre soi-même et découvrir cette sensation d’utilité sociale et cette générosité humaine que l’on ne soupçonnait pas et qui, à terme, crée des vocations ».

Cette histoire est celle de notre stagiaire animatrice et celle de bien d’autres personnes qui ne le savent pas encore… .

Ne vous fiez pas aux préjugés, venez nous rejoindre parce que nous aussi, on compte sur vous. »

Le GAS présent en nombre dans la cuvette de Sapiac

Créé par le 09 mai 2022 | Dans : actualité, com com landes armagnac, infos, landes, sport

GABARRET

Les Quatre gabardans, de gauche à droite : Pierre-Hugo Ducom, Olivier Dubouch , Jean Lespes et Etienne Ducom.

Les Quatre gabardans, de gauche à droite : Pierre-Hugo Ducom, Olivier Dubouch , Jean Lespes et Etienne Ducom.

Régis Apparicio et Henri Portes

Samedi après-midi  au stade Municipal Roger Dubos, lors du tournoi des écoles de rugby, Régis Apparicio bien connu dans le monde de l’ovalie et qui est devenu  maintenant superviseur d’arbitres, toujours présent dans le milieu des arbitres, est revenu sur l’événement de ce vendredi 6 mai avec enthousiasme en faisant un petit clin d’œil, amical, respectueux et affectueux à ces jeunes arbitres et joueurs qu’il connait bien  :

« Quel amateur de rugby ne connaît pas ou n’a jamais entendu parler du stade de l’Union Sportive Montalbanaise appelé «  la cuvette de Sapiac », club qui évolue actuellement en PROD2 ?

D’illustres joueurs ont, entre autre, foulé cette pelouse emblématique : Arnaud Marquesouza, Amédée Domenech, Sergueï Sergueïev,, les coachs emblématiques Xavier Péméja, Laurent Travers et Laurent Labit dont on connaît aujourd’hui le parcours au niveau national et international, David Gérard……

Ce vendredi 6 mai 2022, demeurera une date qui restera gravée dans l’histoire du rugby Gabardan. Non pas que le GAS rugby se soit retrouvé surclassé en PROD2 pour y rencontrer l’USM bien que des liens aient été noués entre ces deux clubs lors des fêtes locales Gabardannes en 2019.

Mais, certains de ses représentants ou anciens représentants ayant été formés dans ce petit club Landais évoluant en Régionale 2 de ligue Nouvelle-Aquitaine, se sont retrouvés le temps d’une rencontre de rugby sur cette pelouse. Il s‘agit de Pierre-Hugo Ducom ((joueur du RC Narbonne), Olivier Dubouch (5e arbitre), Jean Lespes (arbitre de champ) et Etienne Ducom (joueur  du RC Narbonne). 

Merci à eux d’avoir posé pour la postérité et bravo pour leur belle carrière au niveau professionnel qui met à l’honneur le rugby Gabardan, en espérant que, pour chacun d’entre eux, elle aille encore plus haut et que cette étape ne soit qu’un tremplin pour leur avenir rugbystique respectif.»

Le Projet Gascon enthousiasme les élèves

Créé par le 10 avr 2022 | Dans : actualité, com com armagnac, éducation, gers, infos, patrimoine, sport

EAUZE

20220315_094912

Régine Buffomène et Henri Portes.

Cette année, l’école Félix Soulès d’Eauze a accueilli  le Projet Gascon.

Quatre classes  éluzates ont bénéficié de l’intervention  de  l’écarteur landais, triple champion de France, Didier Goeytes.

Les élèves de l’école primaire ont découvert en détail la course landaise.

Cette rencontre a eu lieu  grâce  au Comité Armagnac avec son projet gascon, en partenariat avec la Fédération française  de la course landaise et l’équipe pédagogique de l’école Félix Soulès.

Lors de son intervention dans chaque classe, pour la première partie de la découverte de la course landaise, Didier Goeytes s’est présenté et il a progressivement, par questionnement,  clarifié et complété les connaissances que les enfants avaient.

L’intervenant a présenté les écarteurs et les sauteurs, ainsi que leurs tenues, les protections et accessoires et évidemment la reine des arènes, la coursière, les mots clés des arènes, le tout illustré par du matériel et de nombreuses  photos. Les enfants qui le voulaient ont même pu enfiler le beau boléro.

Grâce à son vécu de trente ans, Didier Goeytes, a communiqué son enthousiasme et sa passion d’écarteur et de coursayre. Les enfants très attentifs ont vécu ce moment dans une ambiance très instructive.

Ces interventions matinales se sont prolongées par des travaux pratiques auxquels tous les élèves  ont participé.

Le premier jour, grâce à la présence du beau temps, les élèves ont participé à ces travaux pratiques dans les splendides arènes d’Eauze.

L’initiation aux écarts a eu lieu comme d’habitude avec une chambre à air,  et la pratique des trois mouvements, puis le saut avec des ballons de plus en plus gros, le travail du cordier avec une corde et des cornes de vaches… ont suivi.

L’écarteur landais a su  transmettre sa passion et aider les nouvelles générations à mieux comprendre la traditionnelle course landaise.

Les enfants  ont évidemment beaucoup apprécié ce temps de découverte et d’approfondissement de leurs connaissances de la course landaise.

Ils ont très bien participé à cette rencontre et par leur enthousiasme et application ont témoigné de l’intérêt qu’ils portaient à cette intervention.

Peut-être que ces journées ont suscité de nouvelles vocations chez les petits gersois.

Les photos sont de Régine Buffomène que je remercie pour sa collaboration.

20220317_10123420220317_10211120220317_111907

Capt’Avenir sera reconduit

Créé par le 31 mar 2022 | Dans : actualité, com com armagnac, économie, éducation, gers, infos, mairie, politique, service social

GRAND ARMAGNAC

Partenaires soutien de l’évènement CAPT’Avenir : Conseil Régional/Conseil Départemental/CAF/MSA, et la commune d’Eauze pour son soutien logistique.

Partenaires soutien de l’événement CAPT’Avenir : Conseil Régional/Conseil Départemental/CAF/MSA, et la commune d’Eauze pour son soutien logistique.

Sandrine Le Bihan et Henri Portes

Samedi 26 mars, se tenait à Eauze au Hall des expositions, la première édition du salon Capt’Avenir organisé par le service jeunesse de la Communauté de communes du Grand Armagnac (CCGA).

Cet événement très bien préparé,  avait pour objectif de réunir les professionnels de l’éducation, de la formation et de l’emploi du Grand Armagnac mais aussi du Gers et des Landes pour venir à la rencontre des jeunes de 14 à 25 ans.

Sandrine Le Bihan de la CCGA précise :

«  Ce jour-là, les professionnels ont pu se rencontrer et échanger entre eux mais aussi, présenter leurs champs d’action et d’intervention aux familles et aux jeunes venus pour ce premier salon.

Tous les partenaires sollicités ont répondu présents pour cette nouvelle expérience et la CCGA les en remercie vivement.

La fréquentation du public certes timide, ne demande qu’à être développée pour la prochaine édition déjà en préparation. Cependant les familles et les jeunes accueillis ont pu découvrir les acteurs sur le terrain de façon qualitative. »

Les CM découvrent l’environnement proche

Créé par le 20 mar 2022 | Dans : actualité, com com armagnac, éducation, gers, histoire, infos, mairie, patrimoine

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

Photo: Anne-Sophie Gény

Photo: Anne-Sophie Gény

Anne-Sophie Gény et Henri Portes

Vendredi 18 mars, Marie Gesta, Conseillère en séjour et référente patrimoine à l’Office de tourisme de la commune de Cazaubon-Barbotan, à l’invitation d’Anne-Sophie Gény, enseignante de la classe de CM, est intervenue auprès des élèves.

Cette intervention fait suite à tout un travail réalisé en amont. Anne-Sophie Gény précise :

« Avec mes élèves, nous avions travaillé sur l’époque médiévale et en histoire des arts sur les grandes caractéristiques de l’art roman et de l’art gothique. L’intervention de Marie Gesta concernait la découverte de  l’église Saint Martin  de Cazaubon qui fête son 150e anniversaire. Ce partenariat rentrait également dans le cadre d’un autre partenariat avec la compagnie OBRA, puisque nous allons nous appuyer sur cette intervention avec Marie Gesta, conseillère  pour participer à des ateliers artistiques. »

Le dynamisme de l’équipe enseignante fait qu’elle s’implique dans la sensibilisation de l’ environnement proche des écoliers cazaubonnais :

«  Dans l’ensemble, parmi les enjeux, l’école souhaite sensibiliser les écoliers à leur environnement proche, porteur d’un patrimoine historiquement et culturellement riche. Il s’agit également de les rendre curieux et de leur apporter des éléments de culture générale leur permettant de mieux comprendre le monde qui les entoure. C’est ainsi qu’ils ont pu apprécier en outre quelques caractéristiques de l’architecture médiévale notamment sur la place de la mairie, les colombages, les encorbellements, les arcades… »

Didier Goeytes initie les écoliers à la course landaise

Créé par le 17 mar 2022 | Dans : actualité, com com landes armagnac, éducation, gers, infos, sport, tradition

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

Photo d'Anne-Sophie Gény

Photo d’Anne-Sophie Gény

Anne-Sophie Gény et Henri Portes.

L’écarteur landais est revenu à l’école primaire de Cazaubon pour transmettre sa passion et aider les nouvelles générations à mieux comprendre la course landaise.

Cette découverte de la tradition était en lien avec le projet gascon, et s’est déroulée le lundi 14 mars, au Pôle culturel de Cazaubon, situé à proximité de l’école primaire cazaubonnaise.

Les élèves de CM1 e CM2  ont eu le privilège de rencontrer   Didier Goeytes de la Fédération de course landaise.

L’intervenant comme dans chaque école où il intervient et comme l’année dernière à Cazaubon, a tout d’abord abordé la partie théorique puis par la suite la partie pratique.

La première partie  a permis de poser le cadre, les notions, et le jargon de la course landaise. Les élèves très attentifs aux explications de Didier Goeytes, ont témoigné de l’intérêt qu’ils portaient sur cette séance.

La deuxième partie a permis de sensibiliser de manière ludique les élèves.

Ainsi ils ont pu apprendre à écarter, en écartant  une chambre à air, en prenant  le rôle du sauteur à l’aide de ballons de différentes tailles,  ainsi que celui de cordier à l’aide d’une paire de cornes attachées à une corde. Ils ont même écarté un carreton.

Les enfants  ont évidemment beaucoup apprécié ce temps de découverte, d’approfondissement de leurs connaissances de la course landaise.

Cette intervention  rentrait  dans le cadre d’un projet d’école.

De plus, au mois de juin, il y aura la course landaise des gascounets à laquelle les enfants sont invités à Nogaro.

Piratage de Facebook

Créé par le 08 nov 2020 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, com com landes armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, fait divers, gers, infos, landes, loisirs

 GERS-LANDES

Attention, des comptes de Facebook ont été piratés!

Des amis m’ont informé que mon compte en fait partie.

Sachez  que les messages de Facebook au  nom d’Henri Portes, ne sont pas de moi.

En effet, depuis la création du compte,  je m’en suis servi très rarement pour communiquer, et depuis des années pas du tout.

Merci  de faire passer l’information et surveillez  vos comptes Facebook!

1234

Notre Rousseur |
Solers-Actualités-Culture |
Auregaldelavie |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mon esprit critique a des c...
| LE SENEVE
| LORSQUE L’ON EMPECHE UNE FE...