politique

Articles archivés

La CCLA propose un nouveau service

Créé par le 19 sept 2018 | Dans : actualité, agenda, com com landes armagnac, infos, landes, politique

LANDES-D’ARMAGNAC

IMG_1423

L’Émoi culturel

Mardi 18 septembre à Parleboscq, s’est tenu  le Conseil  communautaire. Jean Barrère a présenté le bilan de l’Émoi culturel  2017-2018 avec ses six spectacles variés.

Le premier constat est que la fréquentation du public est correcte pour ce vaste territoire rural .

 L’Émoi culturel a obtenu 1 073 entrées et les abonnements sont de plus en plus nombreux. Le public se fidélise  et la saison 2018-2019 s’annonce être bonne.

Le Bus des curiosités

Le président   Guy Berges a profité de l’occasion pour rappeler à l’assemblée,  le concept original proposé par la Communauté des communes des Landes d’Armagnac (CCLA)  «  Le Bus des curiosités »  et il a détaillé son  bilan.

Le Bus des curiosités transporte les personnes qui se sont inscrites  vers une destination culturelle inconnue. Théâtre, danse, concert, opéra… Seuls la date, l’heure de rendez-vous et le lieu de départ sont dévoilés. Cette animation culturelle fait le plein avec à chaque sortie, une cinquantaine de personnes du territoire, Mont-de-Marsan et de la Côte. La dernière sortie les a conduits à Bordeaux où les participants ont assisté à un ballet de danses contemporaines.  Les participants ont été tout d’abord surpris puis ravis  de ce spectacle.

Espaces Coworking

Le nouveau service proposé par les ateliers multiservices informatiques (AMI) a été présenté.

La CCLA ouvrira des espaces Coworking pour les personnes ayant l’utilité d’un espace équipé en haut débit et matériel informatique. Ces espaces situés dans les locaux de l’AMI à Roquefort et à Gabarret seront à la disposition des professionnels, travailleurs isolés, professionnels en formation à distance, télétravailleurs. Les personnes pourront utiliser leur matériel informatique ou profiter de celui mis à disposition par la CCLA.

L’espace Coworking de Gabarret ouvrira jeudi  1er novembre  2018 et sera ouvert le jeudi, vendredi, samedi, dimanche, sans contrainte horaire, et le mercredi après-midi.  Celui de Roquefort ouvrira à compter du mardi 1er janvier 2019 et sera ouvert mardi, mercredi, samedi, dimanche, sans contrainte horaire.  Le tarif est de 25 euros par trimestre et le premier trimestre est offert.

Pour bénéficier de ce service, les informations supplémentaires, ainsi que les inscriptions se font au 05 58 44 38 64 ou helene.coulon@ccla40.fr    

Ils boycottent le billet de la loterie du patrimoine

Créé par le 18 sept 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, économie, gers, infos, politique

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMG_1108

Depuis quelques jours, une animation peu habituelle agite le bureau de tabac de Cazaubon, qui vivait jusqu’alors  au rythme   paisible et habituel de sa clientèle. Les médias locaux régionaux et même nationaux  ont pris contact avec  le buraliste,  Éric Hermeline, président de l’association nationale des Buralistes en colère. Cette dernière vient de lancer le boycott du billet de la loterie du patrimoine.

Éric Hermeline, buraliste à Cazaubon,  est le président de l’association des Buralistes en colère. Il a lancé le boycott du billet de la loterie du patrimoine. Ce dernier, excédé par les nouvelles décisions et contraintes imposées par l’État, avait ouvert en 2014, une page Facebook où il exprime son mécontentement, suite aux nouvelles conditions imposées à cette profession. Aujourd’hui, Éric Hermeline totalise sur sa page près de 4 500 abonnés.

 Il commente : « Les messages et les appels téléphoniques sont de plus en plus nombreux et témoignent que la colère augmente. » Au mois de mai 2018, Éric Hermeline avec d’autres buralistes, ont pris la décision de créer l’association Buraliste en colère qui compte 200 adhérents, et le mouvement s’amplifie avec l’arrivée de nouveaux membres.

Éric Hermeline précise : « Notre objectif est de réveiller la confédération des buralistes, le syndicat. Les futures augmentations du tabac deviennent préoccupantes. Une augmentation de 50 centimes tous les six mois pour arriver au prix de 10 euros souhaité par la ministre de la santé Agnès Buzyn pour 2020. Des prix qui vont inciter à se fournir sur des réseaux parallèles, mais qui ne feront pas baisser la consommation. Ces mesures ont comme résultat la baisse des volumes de ventes en bureau de tabac (-11%). Quant à la vente illégale, elle est en plein essor avec les vannes ouvertes de l’Andorre et de l’Espagne, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne. 2 000 buralistes devraient baisser le rideau d’ici deux ans, essentiellement en zone rurale. »

« Quant au boycott, il n’est pas contre la Française des Jeux mais contre l’État. Les clients viennent pour jouer et celui qui se détourne de ce ticket en prendra d’autres. Ce jeu leur coûte 15 euros et rapporte au patrimoine 1,52 euro. Aux clients qui souhaitent aider le patrimoine, je leur donne le conseil de faire un don direct à une association qui s’occupe du patrimoine. Ce qui, en fonction des associations, leur donne droit, pour 15 euros, à une réduction d’impôts de 9 euros. Il suffit de faire le calcul pour constater que tout le monde y gagne. Je précise que le boycott ne porte pas sur le ticket à gratter. »

 Et de conclure que, « dans chaque département, des buralistes ont rejoint le boycott, par exemple dans le Rhône, ils sont 24 sur 110. »

La section du parti socialiste a fait sa rentrée

Créé par le 14 sept 2018 | Dans : com com landes armagnac, infos, landes, politique

GABARRET

IMG_1119

Jeudi soir, à la salle des associations, les membres de la section du Parti socialiste de Gabarret se sont réunis et ont été rejoints par ceux de Saint-Justin et Roquefort.

Pour cette réunion de rentrée, ils ont eu le plaisir d’accueillir Renaud Lagrave, vice-président au  Conseil régional Nouvelle Aquitaine,   en charge des infrastructures, des transports et des mobilités, ainsi que Dominique Coutière 1er vice-président au Conseil départemental des Landes et Magali Valiorgue, conseillère départementale.

Pour la section locale qui vient juste de se reconstituer, la présence à cette réunion de rentrée  de ces élus socialistes, est une marque de soutien à leur initiative et un encouragement.

Marc Gilet, secrétaire de la section de Gabarret, a tout d’abord rappelé son parcours  au sein du Partis socialiste depuis 2006, en précisant qu’il est aussi  membre du Conseil fédéral landais du Parti socialiste.  Il  a prolongé son intervention en rappelant qu’au mois de juin la section de Gabarret s’était engagée à donner un nouvel élan  à la section locale,  puis à réunir les membres du  Parti socialiste du vaste  territoire  des Landes d’Armagnac.

Le secrétaire a donc convié à la réunion de rentrée les militants et sympathisants de Saint-Justin et Roquefort et leur a  proposé de rejoindre l’équipe de Gabarret.

Frédéric Duprat, maire d’Arue et ancien secrétaire de la section du Parti socialiste de Roquefort s’est exprimé favorablement en précisant :

«  Nous faisons partie d’un seul et même territoire. Maintenant, il est important de se regrouper et de travailler ensemble.  »

Toute l’assistance a approuvé  cette nouvelle orientation.

 Ensuite, Marc Gilet a souhaité que dans l’avenir,  les réunions puissent  avoir lieu à Gabarret mais aussi dans les autres communes du territoire.

Renaud Lagrave  après avoir  félicité les membres de la section pour leur engagement et leur fidélité à leurs idées socialistes, a abordé les futures élections, en invitant les militants et les sympathisants  à  se mobiliser fortement : 

«  C’est le moment de se réunir et de retrousser les manches. »

Il a présenté les principales lignes et orientations du Conseil Régional, notamment en faveur de la jeunesse. Puis il  a précisé :

Nous sommes à mi-mandat, nous organiserons dans les Landes quatre réunions publiques   pour informer les Landais sur tout ce qui a été réalisé par le Conseil régional et ce qui reste encore  à faire. »

Dominique Coutière et Magali Valiorgue ont rappelé leur attachement au développement de ce territoire landais.

Marc Gilet a  remercié Dominique Coutière et Magali Valiorgue qui se sont impliqués dans le projet du collège Jules-Ferry «  l’Orchestre à l’école » , et qui s’est concrétisé, grâce à un partenariat entre l’établissement, l’Éducation nationale et le Conseil départemental des Landes, en association avec le Conservatoire départemental.

Le Conseil départemental aux côtés de la CCGA

Créé par le 31 août 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, économie, gers, infos, mairie, politique, travaux

GRAND ARMAGNAC.

Thierry Frenot,  France Ducos, Didier Dupront et Jean-Michel Augré,

Thierry Frenot, France Ducos, Didier Dupront et Jean-Michel Augré,

Lundi 27 août, après de nombreux échanges avec les services du Département, les maires  des communes concernées ont répondu à l’invitation du président de la communauté de communes, pour officialiser un contrat et permettre ainsi au Conseil départemental d’attribuer les subventions.

Ce jour-là,  les maires Thierry Frenot ( Dému),  France Ducos, (Estang), Jean-Michel Augré, (Cazaubon) et Didier Dupront,  président de la Communauté de communes du Grand Armagnac (CCGA)  ont cosigné le contrat départemental de développement déjà signé par Philippe Martin,  président du Conseil départemental (CD32), actant la répartition d’une enveloppe financière d’au moins 400 000 euros en trois ans (2018/2020).

Ce contrat est destiné à subventionner des projets d’intérêt supra communal dont le coût, assez conséquent, ne leur permet pas de rentrer dans les lignes « classiques » du CD32 auxquelles ont accès la plupart des communes de la CCGA.

Ainsi les locaux techniques communautaires, l’accueil de loisirs de Castelnau d’Auzan Labarrère, le regroupement CIAS Enfance Jeunesse à Cazaubon, mais aussi la maison de santé d’Estang, le lac de l’Uby, l’aire de camping-cars et le point mobilité à Barbotan les Thermes, ou encore l’école de Dému seront financés par le Département.  Des subventions qui compléteront  les aides de l’Etat et du Conseil Régional pour cet aménagement du territoire rural, si précieux aux élus de la CCGA.

Catherine Séguin a visité la commune

Créé par le 25 juil 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, économie, gers, infos, mairie, politique

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMG_8246

Mardi en fin de matinée, à l’invitation du maire, Jean-Michel Augré, Catherine Séguin, préfète du Gers accompagnée d’Isabelle Sendrané,  sous-préfète de Condom, est venue visiter la commune. Elle a découvert les importantes réalisations accomplies par la commune, grâce au  soutien de l’État  avec la  dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR), et elle a pu constater  la qualité et le  dynamisme  des Thermes de Barbotan. 

Lors de la réunion de travail, Jean-Michel Augré a rappelé le rapport  positif  sur la gestion de la commune, réalisé par  la Cour des comptes, de même  que celui de la direction générale des finances publiques. Le maire a ensuite abordé l’économie locale, notamment en présentant l’agriculture, le thermalisme et le tourisme, puis il a exprimé ses inquiétudes au sujet de la désertification médicale et présenté les projets qui concernent les espaces publics, notamment la base de l’Uby, l’aire des camping-cars et le PLU.

Après avoir été accueillies  à la Bastide Gasconne par  Éléonore et Adeline Guérard, directrices générales de la chaîne thermale du soleil et  Christophe Echavidre, directeur des Thermes, les personnalités ont visité l’établissement thermal en leur compagnie. Ils ont pu  ainsi observer la modernité de l’établissement, l’excellente  qualité des soins et leur diversité ainsi que les exigeants  et nécessaires contrôles  sanitaires pratiqués dans l’intérêt des curistes.

Après avoir constaté la rénovation de la place Armagnac, les personnalités se sont rendues  à la base de loisirs,  où Catherine Séguin a apprécié la beauté du site :

« Vous avez un bel outil, un très bel environnement, ainsi qu’un fort potentiel d’attractivité en matière de thermalisme et de tourisme. »

La préfète a rappelé  que les services de l’État sont très vigilants sur tout ce qui a trait à la  sécurité des personnes, notamment au niveau sanitaire, de l’eau, ainsi que des lieux publics où de nombreuses personnes se rassemblent :

«  Tous ces contrôles et dispositions sont nécessaires dans l’intérêt de la population et des usagers. »

En fin d’après-midi, à la mairie, Jean-Michel Augré a conclu en précisant :

«  Je suis ravi de cette visite qui a été très constructive. »

Un nouvel élan pour la section du Parti socialiste

Créé par le 21 juin 2018 | Dans : actualité, com com landes armagnac, infos, landes, politique

GABARRET

Le trésorier Jean-Pierre Labat, et le secrétaire Marc Gilet

Le trésorier Jean-Pierre Labat, et le secrétaire Marc Gilet

Mercredi soir à la salle des associations, les membres de la  section du Parti Socialiste de Gabarret se sont réunis, et ont profité de cette réunion pour dresser un bref bilan des quatre derniers mois, notamment en rappelant  l’élection  du 29 mars 2018, où Marc Gilet, a été élu  secrétaire  de la section du PS de Gabarret .

Marc Gilet est entré au  Part socialiste en  2006. Il a été secrétaire de la section de Grenade-sur-Adour, membre du bureau à Mont-de-Marsan, il est aussi membre du Conseil fédéral Landais du Parti socialiste.  Sa mutation professionnelle, l’a conduit à Gabarret, village qu’il apprécie, et  où il compte bien rester jusqu’à la retraite.

La section du Parti socialiste de Gabarret réunit les 15 communes du Gabardan.

Marc Gilet donne un nouvel élan à la section, tout en tenant compte des avis et conseils des anciens, toujours présents. Ces derniers apprécient son arrivée et son dynamisme qui permet de relancer  la section.

Marc Gilet a précisé :

«  Nous envisageons un meilleur quadrillage  des 15 communes de l’ancien canton de Gabarret, et nous travaillerons davantage  dans l’avenir avec les sections de Roquefort et de Saint-Justin. Notre but est de faire revivre le parti socialiste dans ce bassin de vie.  Évidemment,  je ferai le relais avec la fédération, le département  et les communes. »

Après  avoir rappelé qu’une fois par mois, les membres de la section se réunissent, Marc Gilet a apporté les précisions suivantes :

«  Les socialistes, affaiblis, demeurent bien ancrés dans la vie politique et dans le territoire avec la détermination de reconstruire collectivement, sans attendre la « bonne parole d’en haut ». Nous sommes bien vivants. En tant que secrétaire de la section du gabardan, je compte bien vous représenter, ainsi que la section et faire vivre le Parti socialiste sur notre territoire et au-delà. »

Les sympathisants  du Parti socialistes sont vivement  conviés  à rejoindre la section, s’ ils  le souhaitent à assister à la réunion mensuelle ou à se tenir au courant des informations en consultant la page :

https://www.facebook.com/Section-Parti-Socialiste-Du-Gabardan-2073100189639951/

Les services administratifs du CIAS de la CCGA ont déménagé

Créé par le 18 juin 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, gers, infos, politique, service social

GRAND ARMAGNAC

IMG_7508

Dans le but d’être au plus près de la population, depuis lundi 18 juin, la directrice du CIAS de la Communauté de communes du Grand Armagnac, ainsi que les agents en charge de la comptabilité et des régies du CIAS, et les agents du service de portage de repas à domicile, ont changé de locaux.

Ces services administratifs  ont quitté le 14 Allée Julien Laudet à Eauze  pour s’installer au 25 boulevard Saint-Blancat à Eauze.   

De meilleures conditions d’accueil

Ces nouveaux locaux amélioreront les conditions d’accueil des personnes et permettront de répondre  à leurs interrogations, sur un même lieu, entièrement dédié aux activités du CIAS.

Là, les personnes pourront interroger les services à la fois sur des questions de facturation, ainsi  que sur les interventions du service d’aide à domicile pour le secteur CIAS-Centre, ou bien encore obtenir des informations sur le dispositif de livraison des repas.

Pour les usagers, jusqu’à ce jour, ils devaient faire leurs démarches sur deux sites différents. En  effet, pour tout ce qui concernait la planification des interventions d’aide à domicile et l’aide aux démarches administratives, dès l’instant où elles étaient domiciliées sur Eauze, Campagne d’Armagnac ou Réans, les personnes s’adressaient à leur interlocutrice  privilégiée, Marie-Line Meillon, responsable du secteur CIAS-Centre, au 25 boulevard Saint-Blancat.  Pour tout ce qui concernait la facturation et les paiements, le service de portage de repas à domicile, les personnes devaient se rendre dans les locaux de la CCGA situé au 14 allée Julien Laudet.

Désormais, grâce à ces nouveaux locaux, les personnes n’auront plus à se déplacer d’un lieu à l’autre. Elles pourront être renseignées, au 25 boulevard Saint-Blancat, qui est un site plus central, déjà identifié par le public comme étant un lieu d’accueil du Service d’aide à domicile sur Eauze et d’un accès plus facile avec un accueil personnalisé et confidentiel qui leur est réservé.

Restructuration des équipes administratives du CIAS

Au-delà,  le déménagement des services administratifs du CIAS est devenu une nécessité avec la création, en janvier 2018, des Régies de recettes, chargées de la facturation et de l’encaissement des paiements liés aux prestations (aide à domicile, portage de repas). Cette création, imposée au CIAS par une réorganisation des services de la Direction départementale  des Finances publiques, gestionnaire des Trésoreries et  centres de perception, a impliqué une restructuration des équipes administratives du CIAS et de leur fonctionnement.  Il fallait donc, dans ce cadre, permettre aux agents de travailler et d’accueillir le public dans des conditions adaptées à leurs nouvelles activités.

Le choix d’Eauze

Le CIAS intervient sur tout le territoire de la CCGA. Le choix des services administratifs sur Eauze, s’explique  tout d’abord parce que son positionnement  central sur le territoire de la CCGA fait d’Eauze le point de passage le plus fréquent pour les habitants de la CCGA. Ensuite, parce que cette implantation permet de garder un point d’ancrage au plus près de la Trésorerie d’Eauze, interlocutrice dédiée du CIAS pour toutes les questions financières. Enfin, parce que le CIAS a eu l’opportunité de réunir ses services dans les locaux  du 25 boulevard  Saint-Blancat, après le départ des équipes du Pôle d’équilibre territorial et rural du Pays d’Armagnac. Sollicitée, la commune d’Eauze a facilité cette installation en acceptant immédiatement de louer les locaux, alors libres d’occupants, au CIAS.

Ainsi, les services administratifs du CIAS ont quitté leurs locaux historiques, mis jusqu’alors à leur disposition gratuitement par la CCGA pour être au plus près des personnes et toujours plus à leur écoute.

Le CIAS continue à intervenir sur tout le territoire de la CCGA, sachant que pour le service d’aide à domicile les responsables de secteur sont à la disposition du public pour toute information ou démarche administrative.

Responsables : Mme Isabelle Maggesi (secteur Est), Mme Béatrice Ducos (secteur Ouest), Marie-Line Meillon (secteur Centre).

Les horaires et jours d’ouverture  du  CIAS sont les suivants :

Du lundi au vendredi de 9 à 12 heures et de 14 à 16 h 30.

Téléphone du CIAS : 05 62 69 03 89

Le maire a signé une convention avec les Finances publiques

Créé par le 13 juin 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, économie, gers, infos, mairie, politique

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMG_7430

Lundi matin,  Jean-Claude Hernandez, administrateur général des Finances publiques, et son adjointe Delphine Signoret, administratrice des Finances publiques, ont fait le déplacement depuis Auch, pour présenter au maire Jean-Michel Augré, la convention  de partenariat entre la mairie   et  la Direction départementale des Finances publiques (DDFIP).

Jean-Michel Augré, après avoir remercié les deux fonctionnaires qui ont fait le déplacement et qui ont  bien compris la particularité de Cazaubon, a   rappelé les inquiétudes suscitées par la fermeture de la Trésorerie de Cazaubon en précisant :

« Avec cette convention adaptée à notre commune, nous pouvons maintenant nous tourner vers l’avenir. »

Jean-Claude Hernandez a tout d’abord félicité le maire :

«  Je vous félicite d’avoir adhéré à ce nouveau dispositif qui est pilote dans notre région. Grâce aux permanences qui auront lieu, nous pourrons accompagner au mieux les usagers, notamment pour leur déclaration de revenus et éviter aux personnes qui n’ont pas Internet  d’être victimes d’une fracture numérique. »

Après avoir abordé la spécificité de Cazaubon et ses nombreuses régies,  Jean-Claude Hernandez a rappelé que Delphine Signoret avait beaucoup travaillé dans ce sens et a promis au maire qu’il serait très attentif  pour apporter les solutions les plus adaptées à Cazaubon :

«  Vous pouvez compter  sur moi et mes services  pour vous apporter les aides  dont vous auriez besoin en tant que décideur public. Je tiens à vous féliciter ainsi que votre conseil municipal  pour votre gestion de la commune. La commune ne fait pas parler d’elle au niveau de la Trésorerie.  »

Le maire a conclu :

«  Nous avons réduit de moitié les régies, acheté un nouveau matériel moderne et plus performant. L’ensemble nous permet de réaliser des économies substantielles. Nous sommes optimistes pour l’avenir, et en considérant cette convention plus adaptée à notre situation,  toutes les problématiques étant résolues, nous pouvons signer la convention. »

Marie-Ange Passarieu, première adjointe s’est exprimée à son tour :

«  Je suis très heureuse de ce partenariat. Vous êtes un partenaire qui a bien compris la spécificité de Cazaubon et qui nous a aidés à faire sauter les difficultés que nous rencontrions. »

Les élus tiennent à la qualité des services de proximité

Créé par le 11 mai 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, économie, gers, infos, mairie, politique, service social

GRAND ARMAGNAC

IMG_6789

Jeudi matin, Didier Dupront, président de la Communauté de communes du Grand Armagnac (CCGA), Jean-Michel Augré, président de l’OTTGA, et Marie-Ange Passarieu, vice-présidente de la CCGA, se sont retrouvés au siège social de la Communauté à Cazaubon, puis ils se sont rendus au siège de l’office de tourisme et du thermalisme du Grand Armagnac.

Après avoir salué et félicité le personnel qui travaillait en ce jour férié, les trois élus ont profité de l’occasion pour faire le point sur les différentes décisions adoptées par l’assemblée communautaire.

Les trois élus ont tout d’abord exprimé la volonté unanime des élus communautaires  qui est  de maintenir, développer et financer des services de proximité et de qualité.

Didier Dupront a  rappelé les compétences assumées par la communauté de communes historique, puis l’arrivée en 2010 de nouvelles communes qui, à leur tour, ont transféré leur compétence en matière de voirie. Elles ont ensuite ajouté celles d’Enfance-Jeunesse, action sociale, tourisme, lutte contre la grêle, fourrière, syndicat de rivière et Gers numérique, ainsi que les cotisations aux PETR et SCOT.

 « Ce transfert de compétences a soulagé le budget des communes qui n’ont plus à payer ces charges, et réalisent ainsi de sérieuses économies ; et ce sont bien sûr les plus grosses communes qui ont gagné le plus.

 À titre d’exemple, les dépenses pour l’Enfance-Jeunesse de la CCGA sont de 1 850 000 euros par an : si moins de la moitié concerne l’ancienne Communauté de communes, le million supplémentaire à la charge de la CCGA, permet à Eauze, Gondrin et Castelnau d’Auzan, les seules qui finançaient des actions en la matière, de retrouver de substantielles ressources avec les économies ainsi réalisées. Nous aurions pu limiter les dépenses en ne créant que deux lieux d’accueil, mais les élus ont fait le choix d’offrir un service de qualité et de proximité avec huit sites répartis sur l’ensemble du territoire.

Nous avons aussi choisi d’augmenter au maximum la capacité de la crèche d’Eauze (construite par la commune avant transfert). Suite à la demande de cette commune, les élus communautaires ont voté à l’unanimité  la création de deux postes nécessaires aux 5 places supplémentaires, alors même que c’est un coût pour les contribuables des 25 communes de la CCGA.

En créant ces emplois, on ne réalise pas d’économie évidemment, mais si on supprime ces postes, c’est la qualité du service qui en pâtit.

De même, le CIAS nous coûte 330 000 euros pour les 84 000 heures qui permettent de maintenir les personnes âgées à leur domicile : c’est un choix assumé. Ces services, nous les voulons au plus près des habitants.

Au sujet de l’Office de tourisme communautaire, on aurait pu centraliser sur Cazaubon, mais dans l’intérêt des usagers, des professionnels et des touristes, nous avons maintenu les sites de Gondrin, Eauze et Cazaubon. La volonté des élus communautaires est de maintenir et développer la qualité des services, pour répondre le mieux possible aux besoins de la population. 

Pour que le haut débit soit accessible partout (la fibre optique seulement pour Eauze, Cazaubon, Castelnau-Labarrère, Gondrin et Bretagne), la contribution de la CCGA paye environ 90 000 euros/an pendant 20 ans.»

 Les trois élus ont ensuite rappelé la solidarité des communes qui prévaut dans chacune des décisions prises, comme par exemple en matière de voirie :

 «Sur l’enveloppe voirie annuelle, plus de 300 000 € ont été consacrés à la route du Pajot à Eauze, qui nécessitait d’importants travaux de réfection. Quatorze communes ont accepté de passer leur tour afin qu’Eauze bénéficie de ces gros investissements.»

 Jean-Michel Augré a conclu en abordant l’OT communautaire :

 «Ce service va très bien. Tout le monde a bien compris l’intérêt de travailler ensemble, à commencer par les hôtesses qui forment une belle équipe. Nous avons un très bon partenariat avec les Thermes de Barbotan, ainsi qu’avec les prestataires des 25 communes qui ont presque tous adhéré à cette dynamique.

Nous travaillons de concert avec le PETR, le Département (CDTL) et la Région (CRT). Nous avons aujourd’hui des moyens de promotion sans précédent.

La principale ressource financière provient des touristes et curistes qui payent la taxe de séjour, entièrement reversée à l’OTTGA pour améliorer l’accueil et l’information. Cet outil économique est aujourd’hui essentiel au territoire uni »

Police de Sécurité du Quotidien

Créé par le 23 avr 2018 | Dans : actualité, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, gers, infos, politique

GERS

Communiqué de la Préfecture du Gers

 Police de Sécurité du Quotidien:

Catherine Séguin, préfète du Gers, consulte l’ensemble des partenaires de la sécurité du département

 Présentée le 8 février dernier par Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, la mise en place de la Police de Sécurité du Quotidien est un engagement du Président de la République et constitue l’une des grandes réformes du quinquennat en matière de sécurité intérieure.

 Avec la police de sécurité du quotidien, le gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie, pour répondre à la première préoccupation des Français : la sécurité.

 Il s’agit de redonner du sens à l’action policière de tous les jours, plus que jamais concentrée sur le service rendu à la population et la lutte contre la délinquance, en renforçant ses liens avec tous ses partenaires.

 Dans ce cadre, Catherine Séguin, préfète du Gers, a réuni le 20 avril les nombreux partenaires des forces de sécurité (parlementaires, maires, organisations consulaires, représentants d’associations de quartier et de commerçants, des sociétés privées de sécurité…) pour présenter les projets de stratégies locales de sécurité pour le département et recueillir leurs propositions. Près de 70 personnes ont participé à cette rencontre.

 Ces projets de stratégies locales de sécurité sont déclinés autour de quatre objectifs :

  1. Recentrer les policiers et les gendarmes sur leur coeur de métier (sécurité et lutte contre la délinquance) : renforcer la présence des effectifs sur la voie publique, répondre au besoin de sécurité au plus près des citoyens, des territoires et de leurs spécificités : élaboration et mise en oeuvre de contrats opérationnels par les compagnies de gendarmerie, engagement d’un groupe de sécurité de proximité sur le Grand Garros, recours à des référents de proximité…
  2. Développer davantage le contact avec la population, sous toutes ses formes, en recourant notamment aux outils numériques : usage des tablettes et smartphones NEO et NEOGEND, plus efficaces, permettant également une présence accrue sur la voie publique, diffusion de messages d’alerte et de prévention via les réseaux sociaux, brigade numérique…
  3. Améliorer la qualité de l’accueil et la prise en charge des victimes en commissariat et brigades, avec des moyens immobiliers restaurés, des équipements et matériels modernes et adaptés, et un engagement continu à l’exemplarité des policiers et gendarmes.
  4. Densifier et dynamiser les partenariats locaux au travers des dispositifs existants (Conseils locaux ou intercommunaux de sécurité et de prévention de la délinquance, animation partenariale du contrat de ville à Auch…), les conventions de coopération avec les polices municipales, les chartes de participation citoyenne, le déploiement de la video-protection de voie publique…

 La qualité de ce partenariat est la clé de voûte de la Police de Sécurité du Quotidien dans le Gers où le niveau de sécurité, globalement satisfaisant, ne masque pas les évolutions de certaines formes de délinquance, en particulier les atteintes physiques aux personnes, parmi lesquelles les violences intrafamiliales, en augmentation, l’insécurité routière, avec des infractions croissantes liées à la consommation d’alcool et de stupéfiants, et les cambriolages.

 Les participants à cette rencontre ont été invités à enrichir la réflexion conduite par les services de l’État, avant de finaliser le rapport de synthèse qui doit être adressé au ministre de l’intérieur pour le 15 mai.

 La police de sécurité du quotidien dans le Gers, c’est l’ambition d’une police et d’une gendarmerie sur mesure, aux ambitions renouvelées, respectées, mieux connectées et plus partenariales

12

Notre Rousseur |
Solers-Actualités-Culture |
Auregaldelavie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacfercho
| Mon esprit critique a des c...
| LE SENEVE