fait divers

Articles archivés

Fermeture exceptionnelle de la voie verte

Créé par le 31 août 2022 | Dans : actualité, agenda, agriculture, com com tenareze, fait divers, gers, infos, travaux

GERS

Voie verte de l'Armagnac. Photo : Conseil départemental 32

Voie verte de l’Armagnac. Photo : Conseil départemental 32

Communiqué du Conseil départemental

Voie verte de l’Armagnac : fermeture exceptionnelle le jeudi 1er septembre

Suite aux récentes intempéries, accompagnées de forts coups de vent, la voie verte de l’Armagnac a été impactée.

Ce jeudi 1er septembre, celle-ci sera coupée entre Lagraulet et Gondrin, afin de permettre aux services du Conseil Départemental d’évacuer les obstacles et rendre praticable cette voie en toute sécurité.

Alerte sécheresse

Créé par le 11 août 2022 | Dans : actualité, agriculture, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, fait divers, gers, infos

GERS

Communiqué de la Préfecture

Alerte sécheresse, renforcement de restriction dans le département du Gers

1. La situation dans le département du Gers

L’absence durable de précipitations associée à la persistance des fortes chaleurs maintient les prélèvements d’eau à des niveaux élevés et renforce la baisse des débits en cours d’eau, dont les niveaux sont exceptionnellement bas pour la période.

La situation actuelle est inédite puisqu’en ce début du mois d’août, les capacités de réalimentation du système Neste ont été pour une grande partie consommée, ne permettant plus d’ajouter artificiellement de l’eau depuis les Pyrénées, comme cela se fait depuis le mois de mai.

Il est impératif que l’ensemble des usagers (particuliers, entreprises, exploitants agricoles et collectivités publiques) participent à la mise en œuvre de pratiques économes en matière de consommation d’eau et respectent scrupuleusement les règles de restriction des usages de l’eau.

L’eau est un bien public essentiel dont la ressource doit absolument être préservée. Il convient en conséquence d’être extrêmement vigilant sur notre consommation en eau, quel que soit son usage (domestique, industriel ou agricole).

Les restrictions de prélèvements prises le 22 juillet 2022 sont étendues et aggravées. À l’issue de la réunion du comité départemental de la ressource en eau du 5 août dernier, Xavier Brunetière, préfet du Gers, a pris des mesures complémentaires avec effets à compter 8 août 2022.

Ces mesures, valables sur le système Neste s’ajoutent à celles, de niveau équivalent ou supérieur, qui ont été prises sur l’ensemble du territoire depuis le début de cet étiage.

Les usages agricoles sont soumis à une organisation spécifique avec des restrictions d’usage de 50 % de l’irrigation organisée et suivie tant par la chambre d’agriculture que par les services de l’État.

2. Mesures de restriction des usages à partir des réseaux d’eau potable

Restrictions de l’usage de l’eau à partir du réseau d’eau potable en zone d’alerte renforcée :  

Véhicules : interdiction de lavage des véhicules hors des stations professionnelles équipées d’économiseur d’eau, sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires – alimentaires) ou technique (bétonnière…) et pour les services intervenant au titre de la sécurité publique (pompiers, police, etc.).

 Nettoyage extérieur : interdiction de nettoyage des terrasses, des toits et des façades ne faisant pas l’objet de travaux.

 Voiries : lavage interdit sauf impératif sanitaire ou de travaux, et à l’exclusion des balayeuses laveuses automatiques.

 Piscines : interdiction de remplissage annuel des piscines pour les particuliers, les résidences privées et les hôtels. Vidange exceptionnelle des piscines publiques soumise à autorisation.

 Plantations ornementales : interdiction d’arrosage des pelouses, espaces verts publics

et privés, jardins d’agrément et terrains de sport. L’arrosage des jardins potagers est

interdit de 8h00 à 20h00.

 Fontaines publiques : arrêt des fontaines en circuit ouvert ou fermé.

 Plans d’eau de loisirs : interdiction de remplissage ou maintien du niveau des plans d’eau de loisirs, quelle que soit leur surface, pour particuliers et collectivités. Interdiction de vidange de plan d’eau dans les cours d’eau.

 Stations d’épuration : surveillance accrue des rejets des stations d’épuration urbaines et industrielles. Travaux sur stations d’épuration et réseaux nécessitant le délestage direct dans le milieu récepteur, soumis à autorisation préalable et susceptibles d’être décalés jusqu’au retour d’un débit plus élevé.

 Activités industrielles et commerciales : la consommation d’eau est limitée au strict nécessaire, avec renseignement hebdomadaire du registre de prélèvement.

 Industries et Installations Classées pour la Protection de l’Environnement : les consommations en eaux sont limitées au strict nécessaire, selon les arrêtés préfectoraux d’autorisation. Si nécessaire, des dispositions doivent être prévues dans leur arrêté d’autorisation pour permettre le stockage des rejets dans le cas de leur interdiction. Le registre de prélèvement doit être rempli hebdomadairement.

Les collectivités ainsi que les particuliers doivent se conformer aux mêmes mesures de limitation des prélèvements que celles applicables aux usages agricoles pour l’arrosage à partir des cours d’eau et leurs nappes d’accompagnement.

Afin de s’assurer du respect de ces mesures et du bon partage de la ressource, des contrôles renforcés sont effectués tout l’été par les services de police de l’environnement (OFB, DDT, DREAL).

Ces contrôles concernent tous les usagers consommateurs d’eau (particuliers, irrigants agricoles, collectivités, entreprises et industriels).

Tout contrevenant aux restrictions prévues par les arrêtés préfectoraux « sécheresse », s’expose à une contravention de 5ème classe (jusqu’à 1500 €).

L’implication de tous et de chacun en cette période de l’année est indispensable pour préserver au mieux la ressource restante.

Une rubrique sécheresse accessible depuis la page d’accueil du site internet des services de l’État (https://www.gers.gouv.fr/secheresse) présente toutes les informations utiles sur les restrictions en cours.

Site d’information sécheresse du gouvernement :

https://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluviapublic/

Niveaux de restriction par type d’usage

Les différents niveaux de restriction sont les suivants :

Vigilance : pas de mesures de restrictions mais une attention particulière à apporter aux usages de l’eau.

 Alerte :

◦ Niveau 1 : interdiction de prélèvement de 1 jour par semaine (ou limitation de 15 % du débit pour l’irrigation collective) pour les prélèvements en cours d’eau et nappe (hors eau potable) et application des restrictions spécifiques concernant l’eau potable pour tous les usagers;

Si pas d’efficacité des mesures au bout de 7 jours, passage au

niveau 2.

◦ Niveau 2 : interdiction de prélèvement de 2 jours par semaine (ou limitation de 30 % du débit pour l’irrigation collective) pour les prélèvements en cours d’eau et nappe (hors eau potable) et application des restrictions spécifiques concernant l’eau potable pour tous les usagers.

 Alerte renforcée : interdiction de prélèvement de 3,5 jours par semaine (ou limitation de 50 % du débit pour l’irrigation collective) pour les prélèvements en cours d’eau et nappe (hors eau potable) et application des restrictions spécifiques concernant l’eau potable pour tous les usagers.

 Crise : interdiction totale de prélèvement pour les prélèvements en cours d’eau et nappe (hors eau potable) et application des restrictions spécifiques concernant l’eau potable pour tous les usagers.

Grêle : Les élus de proximité étaient sur le terrain

Créé par le 12 juin 2022 | Dans : actualité, agriculture, com com landes armagnac, économie, fait divers, infos, landes, mairie, politique

LANDES D’ARMAGNAC

DSC_0005

Suite au fort orage de grêle qui s’est abattu sur cette partie du territoire de la Communauté de communes des Landes d’Armagnac « CCLA », samedi matin, à la mairie de Betbezer d’Armagnac, les conseillers départementaux du canton Haute Landes Armagnac, Magali Valiorgue et Dominique Coutière (vice-président en charge des finances au Conseil départemental) ; Philippe Latry, maire de Saint-Justin et président de la CCLA ;  ainsi que les maires Antoine Lequertier (Mauvezin d’Armagnac), Alain Gaube (Labastide d’Armagnac) et Gérard Tales (Betbezer d’Armagnac) se sont réunis avant de se rendre sur le terrain pour constater l’ampleur des dégâts et échanger sur le désarroi des viticulteurs et agriculteurs de ce secteur.

De 80% à 100% de destruction

Après avoir  constaté à Betbezer, les dégâts occasionnés dans une vigne (destruction à 100%), puis dans une culture de soja (destruction de plus de 80%), ainsi que la dévastation dans les champs  de maïs,   les élus se sont rendus sur des cultures de blé, d’haricots verts, tournesol, à Saint-Julien, Créon, Mauvezin, Labastide.

Ne pas se fier à l’apparence

Si certaines cultures, depuis la route, paraissaient intactes ou  peu impactées par cet orage de grêle, notamment des champs de blé,  de maïs, les professionnels présents, ont attiré l’attention des élus sur les bois de vigne très endommagés, les maïs décapités, et les graines de blé répandues sur le sol : «  Tout est réellement  perdu. C’est impressionnant! »

Les commentaires des élus

 Dominique Coutière constatant  ces dégâts et les conditions difficiles de ces métiers d’agriculteurs et de viticulteurs a précisé :

«  Ce qui est arrivé est catastrophique. Il faut  que nous nous préoccupions de l’agriculture, évidemment  pour maintenant, mais aussi pour les années à venir.  Il faut absolument trouver des solutions rapides pour  accompagner  et répondre aux besoins des agriculteurs.  »     

Magali Valiorgue, qui elle aussi était  catastrophée devant l’ampleur des dégâts s’est exprimée à son tour :

« Dans les champs de blé visités, il ne reste plus que de la paille. Il est nécessaire que tout le monde prennent conscience  des conséquences dramatiques qu’il va y  avoir. Il est important de trouver rapidement des solutions financières et humaines qui répondent  à cette situation  calamiteuse. »

Philippe Latry   a trouvé qu’il était très important que les élus du Conseil départemental  soient sur le terrain avec les maires des communes impactées :

« Il est important que le département constate l’ampleur des dégâts, mais aussi qu’il soit à la recherche de solutions financières à apporter. Il est important  de trouver des mesures d’accompagnement exceptionnelles comme pour d’autres filières.  C’est toute une économie de notre territoire qui est touchée, les emplois directs sont impactés  mais aussi de nombreux emplois indirects sont concernés par la conséquence désastreuse de cette catastrophe. Quant aux agriculteurs et viticulteurs, tout leur travail est anéanti  et psychologiquement c’est très insupportable pour eux. »

Alain Gaube, en 48 ans, n’avait jamais connu un orage de grêle aussi important et Antoine Lequertier avait la même réflexion sur ses 42 ans de métier.    

 DSC_0010 DSC_0013 DSC_0025 DSC_0026

Marc Fesneau rencontre les viticulteurs victimes de la grêle

Créé par le 07 juin 2022 | Dans : actualité, agriculture, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, économie, fait divers, gers, infos, politique

GERS

Remise de courrier. ¨hoto: Conseil départemental.

Remise de courrier. photo: Conseil départemental.

CASTELNAU D’AUZAN LABARRERE

Lundi 6 juin, en fin de matinée, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendu à Castelnau d’Auzan-Labarrère, auprès des viticulteurs durement touchés par les violentes intempéries de ces derniers jours.

Par ce déplacement, monsieur le ministre souhaitait réaffirmer toute la solidarité et la pleine mobilisation de l’État auprès des agriculteurs.

Après son arrivée au Domaine de Danis, le ministre a visité les vignobles et constaté avec les exploitants, la famille Piquemal, les dégâts très importants.

Dans tout ce secteur armagnacais, Gers et Landes, de nombreuses parcelles de vignes sont détruites à 100%.

Déjà, les viticulteurs ont connu une crise sérieuse à cause du Covid, puis les épisodes avec les gelées de printemps en 2021 et en 2022. Cette fois-ci, c’est la grêle.

Avec beaucoup d’intérêt, Marc Fesneau a partagé un moment d’échange avec les viticulteurs et aux alentours de 14 heures, Marc Fesneau a quitté Castelnau d’Auzan Labarrère.    

Ce jour-là, Philippe Dupouy, président du Conseil départemental du Gers a remis une lettre au ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

Lettre remise au ministre

La nuit du 3 juin 2022 a tristement marqué notre département, le Gers premier département agricole de France.

Aujourd’hui vous honorez par votre présence le monde de la viticulture et de l’agriculture, dûment fragilisé par un épisode climatique désastreux.

Plusieurs secteurs du département en sont victimes, comme ici à Castelnau d’Auzan Labarrère où j’ai pu constater lors de ma visite ce samedi 4 juin, les dégâts occasionnés.

Il s’agit bien de la totalité des parcelles qui sont détruites.

Monsieur le ministre, le domaine que vous visitez aujourd’hui n’est pas le seul dans ce cas.

C’est avec désarroi que je peux vous l’affirmer, l’ensemble des agriculteurs du Nord-Ouest du département sont meurtris par une énième catastrophe climatique.

C’est un choc supplémentaire pour les professionnels, déjà violemment frappés par des épisodes de gel historiques ces deux dernières années.

Nous ne pouvons les laisser seuls affronter cette nouvelle épreuve.

Par la présence, monsieur le ministre, je vous demande de déclencher sans attendre, le dispositif de calamité agricole pour répondre à l’urgence.

Le Conseil départemental confirmera son soutien aux viticulteurs et agriculteurs dûment touchés, par une participation importante au plan d’ampleur que je vous demande de mettre urgemment en place.

Je sais également pouvoir compter sur la Région Occitanie, dont la présidente, Carole Delga, sera à nos côtés mardi 7 juin.

Je ne souhaite qu’une seule chose, associer la force de nos instances respectives pour venir en aide aux professionnels aujourd’hui totalement démunis.

Je vous prie de croire, monsieur le ministre, à l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Philippe Dupouy

Président du Conseil départemental du Gers

Escroquerie au faux courriel

Créé par le 06 jan 2022 | Dans : actualité, com com armagnac, com com landes armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, fait divers, gers, infos, landes, loisirs

GERS

Communiqué de la préfecture

Récemment, vous avez peut-être été destinataire d’un mail, dont l’objet est une convocation judiciaire vous accusant de proposer, partager, diffuser et échanger des supports à caractère pornographiques ou pédopornographiques et d’avoir commis des atteintes sexuelles sans violence sur mineurs. Ces courriels usurpent l’appellation de la Gendarmerie nationale, de la Police nationale, de la préfecture de Police de Paris et d’Europol.

 Attention : ce type de courriel est une arnaque.

Ce message vous demande de prendre contact au plus vite avec les directeurs de la Police ou de la Gendarmerie nationales. L’objectif de cette arnaque est de vous amener à verser une somme d’argent ou de vous faire communiquer vos données personnelles.

Les services du ministère de l’Intérieur n’envoient jamais de courriel pour procéder à des auditions. Les infractions mentionnées dans cette pseudo convocation ne font jamais l’objet de transaction. Leur traitement s’inscrit dans le cadre judiciaire sous contrôle d’un magistrat.

Si vous êtes destinataire de ce type de mail :

–          Ne cédez pas à la panique ;

–          Ne répondez jamais : vous confirmeriez que votre adresse est valide et que vous lisez ce type de message, entraînant d’autres sollicitations similaires ;

–          Ne prenez jamais contact avec l’expéditeur, celui-ci cherchera à accroître la pression ;

–          Ne payez pas ;

–          Votre adresse email a sans doute été extraite suite à la consultation d’un site de e-commerce. Il est recommandé de changer votre mot de passe ;

–          Ne cliquez sur aucun lien ou pièce jointe : vous pourriez être dirigé sur un site malveillant maquillé en site institutionnel, vous amenant à donner des informations personnelles ou à télécharger des documents contenant des logiciels malveillants ;

–          Marquez ce courriel comme étant un courrier indésirable afin que les suivants puissent être filtrés par votre messagerie ;

–          Conservez des éléments de preuve par des captures d’écran : note de menace, adresse mail de l’expéditeur, etc. ;

–          Déposez un signalement sur www.cybermalveillance.gouv.fr et à l’adresse mail fraude-bretic@interieur.gouv.fr afin qu’il soit pris en compte dans le cadre de l’enquête ouverte par l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) ;

Si vous avez donné suite : déposez plainte immédiatement auprès des services de Police ou de Gendarmerie.

Encore un vol à la scierie Ortyl

Créé par le 10 nov 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, fait divers, gers, infos, solidarité

AYZIEU

DSC_0048

C’est dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, que la scierie située  sur la commune d’ Ayzieu a été victime d’un nouveau vol.

Avec ce dixième vol, Jean-Philippe Ortyl ,excédé par cette longue série de cambriolages, a décidé de communiquer sur ce sujet tout en portant plainte une fois de plus à la gendarmerie.

 Cette scierie artisanale et  familiale a été créée après la guerre de 1939-1945, par son grand-père. Puis à la retraite, son fils, le père de Jean-Philippe et d’Edouard a repris à son tour cet établissement, lui permettant de poursuivre  son développement.  

Jean-Philippe, après ses études, a repris la scierie, il y a 15 ans, et durant ces années, il a connu 10 cambriolages.

Depuis 8 ans, son frère Édouard l’a rejoint  dans cette SARL Ortyl  et fils. Si Jean-Philippe ne compte pas ses nombreuses heures de travail, ainsi que son frère, il rappelle que leurs trois employés à plein temps et ceux à mi-temps, ainsi que les saisonniers font tous des efforts importants  pour que cette entreprise familiale vive et puisse se développer :

« Ce qui est décourageant c’est de voir ces vols à répétition.  Avec ce vol d’une tonne de bois de pin Douglas, d’excellente qualité, nous en sommes au dixième cambriolage. Cette tonne de bois appartenait à la commande d’un client. Sur les huit plaintes que j’ai déposées pour ces divers vols, aucune n’a abouti à l’arrestation des voleurs.  Les premières fois, ils ont démonté des machines, puis ils se sont servis en gas-oil, régulièrement dans les camions, et la réserve, ainsi que dans l’outillage et le matériel ( pompes hydrauliques, fendeuses, pompe à gas-oil,  tronçonneuses…). »

Jean-Philippe est revenu sur les réseaux sociaux en  créant  un page Facebook pour informer un maximum de personnes sur leur ras-le-bol, mais également pour solliciter l’aide des personnes :

 « Si vous apercevez un petit chantier louche non déclaré près de chez vous avec des bois de charpente d’une couleur rose-orangée, du douglas, n’hésitez pas à nous contacter au 05 62 09 84 51 ou scierie-ortyl@orange.fr »

Site : scierie-gers-32.com

Signature du plan départemental de prévention de la délinquance

Créé par le 29 sept 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, éducation, fait divers, gers, infos, mairie, politique, service social

 GERS

Xavier Brunetiere, préfet du Gers, a co-signé hier avec Jacques-Edouard Aandrault, procureur de la République et Philippe Martin, président du conseil départemental du Gers, Michel Baylac, président de l’association départementale des maires du Gers, Cyril Cotonat, président de l’association départementale des maires ruraux le plan départemental de prévention de la délinquance 2020-2024.

Face à une délinquance sans cesse en mutation, impliquant des auteurs de plus en plus jeunes, notamment du fait du développement des outils numériques, le Premier ministre a souhaité une refonte de la stratégie nationale de prévention de la délinquance.

Cette nouvelle stratégie, présentée par le Gouvernement en mars 2020 et dont la mise en œuvre opérationnelle résulte d’une concertation large, associant les ministères concernés et les principaux acteurs associatifs, mais aussi, au terme d’une consultation approfondie, les associations d’élus locaux, en particulier celles des maires et des présidents d’intercommunalités.

Aussi, afin de décliner cette stratégie au niveau départemental, le préfet du Gers a réuni le 16 février 2021, les membres du Conseil Départemental de prévention de la délinquance et de la radicalisation, d’aide aux victimes et de lutte contre les violences, les dérives sectaires et les violences faites aux femmes, pour lancer les travaux d’élaboration du plan départemental de prévention de la délinquance (PDPD)

Un important travail d’analyse et de concertation avec l’ensemble des acteurs locaux a ensuite été engagé pour construire, sur cette base, le nouveau plan départemental de prévention de la délinquance. Il s’est organisé en trois phases :

1.                               réalisation d’un diagnostic de l’état des lieux actualisé de la délinquance ;

2.                               analyse des résultats du précédent plan départemental ;

3.                               réunion de 4 groupes de travail associant l’ensemble des parties prenantes.

A partir de ces travaux, le nouveau plan départemental de prévention de la délinquance s’attache à traduire les orientations de la stratégie nationale dans les conditions les mieux adaptées au contexte départemental.

Il s’agit d’un document concret et opérationnel qui traduit localement, à partir du diagnostic réalisé, les priorités d’intervention de la stratégie nationale par les actions suivantes :

•                                 Axe 1 – Les jeunes : agir plus tôt et aller plus loin dans la prévention

Si le nombre de faits commis par des mineurs est demeuré stable en 2020, la tendance s’inverse sur les sept premiers mois de l’année en cours par rapport à la même période de 2020 :

 

                               AVIP : 40 faits en 2020, 73 en 2021 (+ 33) ;

                               AAB : 55 faits en 2020, 73 en 2021 (+ 18).

 

L’effet des mesures de confinement est à considérer dans la recherche des facteurs de la diminution initialement observée, de même que ceux du retour à une vie sociale moins contrainte dans la hausse qui l’a suivie. Ce contexte inédit, porteur de déséquilibre pour les jeunes en construction, met en évidence la nécessité d’approfondir la démarche de prévention déjà engagée.

 

Action 1                    Sensibiliser et agir sur les déterminants du passage à l’acte en ciblant plus spécifiquement les plus jeunes (moins de 12 ans) et leurs parents, et en multipliant les actions hors milieu scolaire

Action 2                    Identifier les risques de passage à l’acte et faciliter le partage de l’information

Action 3                    Limiter les risques de récidive et permettre une insertion sociale et professionnelle durable

 

•                                 Axe 2 – Aller vers les personnes vulnérables pour mieux les protéger

L’objectif est de repérer et de prendre en charge les personnes les plus vulnérables par une réponse adaptée : femmes victimes de violences conjugales ou de violences sexistes et sexuelles, des mineurs exposés et en danger, victimes de violences intrafamiliales, personnes âgées et en situation de handicap…

L’isolement parfois constaté en milieu rural contribue à la fragilité pouvant résulter de telle ou telle de ces situations. Ainsi, entre 2019 et 2020, le nombre de faits de violences conjugales constatés en 2020 (285) est en hausse de 16 % par rapport à 2019 (246). Plus globalement en plus longue période sur cinq ans, l’on observe une hausse de 243 % du nombre de faits de violences intra-familiales signalés et pris en compte.

Il convient de poursuivre la démarche d’accueil et d’accompagnement mises en place de ces publics particulièrement exposés.

Action 1                    Améliorer le ciblage et former au repérage des personnes vulnérables, en tenant compte de la multiplicité des facteurs de vulnérabilité

Action 2                    Développer les démarches d’aller vers et les interventions de proximité en s’appuyant notamment sur le numérique

Action 3                    Privilégier les approches globales en matière d’accompagnement des victimes, de prise en charge, de protection et de reconstruction, à travers la formation des acteurs et en associant l’ensemble des professionnels concernés, en particulier les personnels de santé

 

•                                 Axe 3 – La population, nouvel acteur de la prévention de la délinquance

Moins exposé de par sa situation géographique et ses caractéristiques démographiques des grands faits de délinquance urbains, le département connaît une augmentation des atteintes aux biens.

Notamment en milieu rural, l’attention portée par les habitants aux éventuelles allées et venues inhabituelles dans leur environnement, le lien constant entre les personnes et avec les forces de l’ordre, constituent des outils de prévention efficaces contre la réitération de ces atteintes.

Les acteurs de terrain relèvent, en parallèle, une augmentation des troubles à la tranquillité publique dans certains contextes, tels les festivals dans lesquels la consommation d’alcool peut être fréquente.

Action 1                    Associer la population aux politiques de sécurité publique par la consultation et la médiation sociale

Action 2                    Rapprocher la population, notamment les plus jeunes, des forces de l’ordre

Action 3                    Développer la vidéoprotection

 

•                                 Axe 4 – Le territoire : vers une nouvelle gouvernance rénovée et efficace

Pour renforcer le continuum de sécurité et maintenir l’offre de sécurité globale à un haut niveau, il convient de s’appuyer plus efficacement sur les structures locales de prévention de la délinquance

 

Objectif                     Redynamiser les instances locales de prévention de la délinquance en assurant l’alignement des priorités et en les dotant des outils nécessaires à l’accomplissement de leur mission

Les CISPD (Conseils Intercommunaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) et CLSPD (conseils locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) sont les instances locales de prévention adaptées à la mise en œuvre sur le terrain des actions ainsi définies.

Respectivement placés sous la gouvernance des présidents des établissements publics de coopération intercommunale (communauté d’agglomération et communautés de communes) et des maires, ils affineront le diagnostic réalisé au plan départemental et mettront en œuvre

Catastrophes naturelles

Créé par le 04 fév 2021 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, fait divers, gers, infos, politique

GERS

Communiqué de la Préfecture

Par arrêté interministériel du 18 janvier 2021 publié au Journal Officiel du 3 février 2021, les communes suivantes ont été reconnues sinistrées :

Ayguetinte, Montesquiou et Pouylebon pour inondations et coulées de boue d’août 2020,

Auch, Barcelonne du Gers, Mauvezin, Preignan et Vic-Fezensac pour inondations et coulées de boue de décembre 2020.

Les particuliers de ces communes, ayant subi des dommages susceptibles de bénéficier des dispositions de l’arrêté précité, disposent d’un délai de 10 jours francs, à compter de sa publication au Journal Officiel, pour déclarer le sinistre à leur organisme assureur.

120 m2 de toiture détruits par le feu

Créé par le 07 jan 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, fait divers, gers, infos, sapeur-pompier

EAUZE

Mercredi 6 janvier, vers 12 h 10, un incendie s’est déclaré au chai du château Tariquet. La toiture du bâtiment d’une surface de  200 m² a été détruite  sur une surface de 120 m².

Cet incendie a mobilisé  une quarantaine de Sapeurs- pompiers, venus de huit centres de secours.

 Une dizaine de salariés a été évacuée. L’intervention rapide des Sapeurs-pompiers a permis de sauver le stockage d’armagnac, ainsi que deux alambics.

Pollution aux hydrocarbures

Créé par le 07 jan 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, fait divers, infos, landes, sapeur-pompier

Landes d’Armagnac

Les communes des Landes d’Armagnac, notamment celles de Mauvezin-d’Armagnac, Betbezer d’Armagnac,  Labastide-d’Armagnac et  Saint-Justin,  ont malheureusement été polluées  par une pollution  aux hydrocarbures de la Douze.

Cette pollution  a été constatée  mercredi 6 janvier.

Des dizaines de Sapeurs- pompiers ont été dépêchées sur le terrain afin de découvrir l’origine de la  pollution et évidemment  mettre en place des barrages filtrants.

De grandes tâches noires se sont  répandues  dans les fossés et dans les  champs.

Cette pollution est vraisemblablement due à une   fuite d’une cuve contenant des huiles de vidange. Ces dernières  se seraient déversées dans un bassin de rétention, et  suite aux pluies abondantes qui ont entraîné  une  crue, le bassin a été envahi et 200 à 300 litres d’huiles se sont répandues sur le terrain.

La police de l’eau s’est rendue sur place et le Syndicat d’équipement des communes (Sydec),  qui gère l’eau potable sur ce secteur, assure qu’il n’y a aucun risque pour les habitants de ce territoire, puisqu’il n’y a pas de pompage dans la Douze à cet endroit pollué.

123

Notre Rousseur |
Solers-Actualités-Culture |
Auregaldelavie |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mon esprit critique a des c...
| LE SENEVE
| LORSQUE L’ON EMPECHE UNE FE...