agriculture

Articles archivés

Café installation

Créé par le 09 déc 2017 | Dans : agenda, agriculture, com com landes armagnac, infos, landes

LANDES D’ARMAGNAC

LOSSE

Mardi 12 décembre de 16 heures à 19 heures, aux Jardins d’Atyoula, 2 route de Lussole à Losse, l’association de développement rural  (ADEAR des Landes) organise une rencontre collective de paysans et futurs paysans qui abordera l’installation en agriculture. Des paysans de l’association et de la Confédération paysanne seront présents.

Les paysans et porteurs de projets qui se posent des questions sur leur installation, sur l’accès au foncier et sur l’agriculture dans les Landes, sont conviés à cette rencontre où ils pourront échanger et partager leurs expériences.

Renseignements complémentaires au 07 62 06 72 78.

2017_12_12_CI_Engagement paysan

Le permis pour tronçonneuse n’est pas un canular

Créé par le 28 nov 2017 | Dans : actualité, agriculture, com com armagnac, com com landes armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, gers, infos, landes, Lot et Garonne, travaux

 GERS-LANDES

IMG_3424

En ce mois de novembre, dans les jardineries au rayon des tronçonneuses, ou sur les places de villages, la conversation sur le permis tronçonneuse est de plus en plus présente.

Ceux qui sont au courant en informent les autres, qui évidemment pensent tout d’abord que c’est un canular.

 Et non, ce n’est pas un canular, c’est sérieux. En effet,  à partir du 5 décembre 2017, un décret daté du mois de décembre 2016 va entrer en vigueur incitant fortement les professionnels de la forêt à passer une formation pour apprendre à utiliser correctement une tronçonneuse.

Ce permis existe déjà  en Italie, au Luxembourg, en Belgique…, obligatoire dans 8 pays européens, cette certification à l’utilisation d’une tronçonneuse est donc inspirée du droit européen et prévoit sa mise en place dans l’Hexagone.

Pour le moment, son caractère obligatoire n’est pas précisément mentionné dans le décret mais les employeurs de main-d’œuvre sont déjà fortement incités à former leurs salariés, notamment par les assureurs.  Dans le futur, ce permis pourrait être élargi aux particuliers.

Le coût du permis est d’environ 250 euros pour le premier niveau (ECC1). Ce permis de base à  250 euros la journée de formation  ne donne pas le droit de débiter un arbre déraciné  Ce permis est le niveau de certification minimum nécessaire pour tout utilisateur. Il vérifie les connaissances nécessaires pour la mise en œuvre et l’entretien des tronçonneuses ainsi que le tronçonnage de bois.

Trois autres permis sont proposés aux titulaires de l’ECC1.  Les autres niveaux ECC 2, ECC 3 et ECC 4, permettent un usage professionnel de la tronçonneuse.

ECC2 : Pour les techniques de base de l’abattage et du façonnage d’arbres de petit diamètre, ainsi que les règles d’hygiène et de sécurité.

ECC 3 : Pour les techniques de base de l’abattage et du façonnage d’arbres de gros diamètre, ainsi que les règles d’hygiène et de sécurité.

ECC 4 : Les techniques de coupe difficiles et les connaissances de base pour le tronçonnage des bois en tension et en compression, les arbres déracinés, encroués, endommagés et comment éviter les dangers.

Les certificats sont délivrés pour la vie, ils n’expirent pas, mais il est  fortement recommandé un recyclage tous les 3 à 5 ans pour faire en sorte que les connaissances et les compétences soient mises à jour.

Sur le terrain, à la suite de ces informations communiquées, dans les jardineries, les commentaires des retraités du monde agricole, forestier et des amateurs de jardinage, vont bon train et expriment avant tout le ras le bol de cette cascade de nouvelles lois et contraintes :

« Faut-il vraiment un permis pour chaque activité? », «  Pourquoi pas un permis pour les taille-crayons, couteaux de cuisine, scies, cutters… ? »

Pour ceux qui ne pensent pas à lire les commentaires : voici en complément celui d’Harrault:

«  Encore une pompe a fric !! qui seront les formateurs ,de quelle expérience peuvent t’ils se targuer pour nous apprendre a nous ,professionnels qui avons déblayé deux tempêtes (1999 2009 )a nous servir d’un outil que nous manions tous les jours depuis des années ? combien de temps devrons nous payer pour avoir le droit de travailler ? »

Rencontre de paysans et futurs paysans

Créé par le 22 nov 2017 | Dans : actualité, agenda, agriculture, com com landes armagnac, infos, landes

LANDES

Mardi 20 novembre de  16 heures à 19 heures, chez Clément Cahuzac, paysan en permaculture, à Pouquèou de Bas, à Mauriès (40320),  l’ADEAR 40, association de développement agricole, propose un temps de rencontre collectif entre porteurs de projet d’une installation en agriculture  sur le thème des statuts sociaux en agriculture, à Mauriès (40320).

Participeront à cette rencontre, les paysans  de l’association, Richard Décis, de la MSA Sud Aquitaine.

Les paysans porteurs de projets, qui ont des questions sur leur installation, sur l’agriculture dans les Landes, sont conviés à cette réunion qui leur permettra d’échanger et de partager leurs expériences

 

Possibilité de covoiturage depuis Gabarret (06 36 58 17 26)

À la Tuilerie, une rencontre avec un duo de choix

Créé par le 22 nov 2017 | Dans : actualité, agenda, agriculture, art, com com armagnac, économie, exposition, gers, infos, les sorties, peinture, tradition

LANNEMAIGNAN

IMG_7767

Au Domaine de la Tuilerie l’Art et l’Armagnac éveillent tous les sens.

La maîtresse des lieux, Colette Remazeilles, productrice d’Armagnac et artiste confirmée, propose au public de découvrir son univers coloré et savoureux.

Dimanche 10 décembre de 14 heures à 18 heures, les visiteurs seront certainement agréablement surpris de découvrir l’exposition de peintures, céramiques, mobilier singulier, et la très originale exposition «  Lumières d’arbres » de Colette Remazeilles, Catherine Bonte Navarrot et Marc Lafond. Le brûlot et la dégustation d’Armagnac complètent le programme de cet après-midi.  

Du vendredi 15 au mercredi 20 décembre, de 14 heures à 19 heures,  à l’occasion de la distillation, le Domaine ouvre de nouveau grandement ses portes pour accueillir chaleureusement le public. Après l’accueil, les visites du chai et de l’exposition, les personnes partageront un bon moment de détente, de découverte  et de dégustation, autour  de l’alambic armagnacais de modèle Ortès 1949.

Le Domaine de la Tuilerie est adhérent à la charte de qualité et d’accueil Destination vignoble, site remarquable du goût, dont les principaux critères sont des conditions exemplaires de visite, de dégustation…, ainsi qu’un impact sur l’environnement limité.

Contact et renseignements au 05 62 09 65 19

Eauze s’enFlamme

Créé par le 10 nov 2017 | Dans : actualité, agenda, agriculture, com com armagnac, exposition, fête, gers, infos, les sorties

EAUZE

IMG_7663

Le week-end du 25 et 26 novembre, Eauze s’enFlamme et à cette occasion les animations sont nombreuses.

Samedi 25 novembre à partir de 9 heures, place de la Cathédrale, Le Lofft café organise un vide-greniers, objets du vin et de l’Armagnac.  Le public pourra découvrir ou redécouvrir tous les objets qui ont servi à élaborer les vins et armagnacs, ainsi que les outils anciens qui ont servi à travailler la terre. Un bon moment en perspective pour les chineurs.

Dès 9 h 30, au Domaine de Juglaron, sera donné le départ de la randonnée pédestre.

À partir de 10 h 30, le public bénéficiera d’une visite d’un chai de distillation, où il découvrira le secret de fabrication de l’Armagnac. Le rendez-vous est fixé à 10 h 15, place de la Cathédrale.

Dès 11 h 30, place de la Cathédrale, les viticulteurs proposent le Brûlot.

À partir de 18 heures, débutera le spectacle Eauze s’enFlamme (Entrée libre). Ce spectacle consiste dans une déambulation lumineuse et musicale sur le thème de l’Armagnac avec « Blanche ». L’artiste vêtue de blanc déambulera dans les rues de la ville, suspendue à un portique mobile poussé par six personnages de blanc  vêtus. Elle sera  accompagnée de joueurs de feu « Les Bouilleurs ambulants » . Cette parade lumineuse fera escale dans différents lieux de la ville. Chaque étape sera l’occasion d’évoquer le cépage, la tradition et la passion de l’Armagnac à travers l’univers de feu et de folie.

Dès 19 h 30, face au hall des expositions, aura lieu le final pyrotechnique (Entrée libre).

La remise des prix du concours « Les talents de l’Armagnac » est à 20 heures (Entrée libre). Les producteurs d’Armagnac soumettent leurs plus belles eaux-de-vie à l’expertise de dégustateurs professionnels. Les meilleures d’entre-elles sont récompensées dans les diverses catégories d’assemblages et de millésimes.

L’apéritif sera offert par le Comité interprofessionnel du Floc de Gascogne. Le public pourra déambuler dans les rues, guidé par le scintillement des flammes jusqu’à 22 heures

Le repas concert de la Flamme de l’Armagnac (sur réservation), est à 21 heures (Prix 35 euros).

Au menu : Velouté de châtaignes avec crevettes flambées à l’Armagnac et éclats de foie gras de canard, assiette dégustation composée de trois huitres de marennes Oléron, pincée croquante au magret fumé, carpaccio  de cabillaud aux zestes de jambon et citron vert, tartare de crevette, avocat, mangue, tomate et basilic, accras de citrouille du Gers au chorizo de Bayonne. Plat : filet de bœuf gersois à la Wellinton accompagné de son gratin de pommes de terre avec sa sauce au poivre maison à l’Armagnac ; Dessert/ crêpe flambée à l’Armagnac et tiramisu à l’Armagnac

Les réservations se font à la Librairie Corbel au 05 62 09 80 42.

Dimanche 26 novembre dès 10 heures, place Belle Marie, ouverture du marché au gras. C’est le rendez-vous incontournable pour les amateurs de foie gras, canard, carcasse.

À partir de 11 heures, place Belle Marie, les viticulteurs offrent le Brûlot.

Le concert en la Cathédrale Saint-Luperc dans le cadre des découvertes classiques de l’Armagnac est à 15 h 30. 

Pour cette première édition des Découvertes classiques de l’Armagnac, le duo sonate piano et saxophone composé de Claire Arbus et Maxime Bazerque du Conservatoire National Supérieur de musique de Paris et Prix du Conservatoire de Toulouse, transporteront le public dans un voyage allant de Jean-Sébastien Bach à Jules Demerssemant en passant par Ludwig Van Beethoven.

À 17 h 30 place de l’Armagnac, le bureau interprofessionnel de l’Armagnac proposera un cocktail à l’Armagnac avec toasts, agrémentés par des palabres gasconnes.

Renseignements complémentaires à l’Office de tourisme au

www.tourisme-eauze.fr

L’Armagnac était à l’honneur

Créé par le 31 oct 2017 | Dans : actualité, agriculture, com com landes armagnac, économie, fête, gers, landes, patrimoine, tradition

 LABASTIDE D’ARMAGNAC

IMG_2706

Vendredi, samedi et dimanche, le nouveau cru de l’Armagnac en fête a connu un succès considérable avec la venue  importante de connaisseurs,  d’amateurs d’armagnac et de bonne gastronomie du terroir, auxquels s’est joint un public qui apprécie ces jours festifs. Le beau temps étant au rendez-vous, a lui aussi contribué à la réussite de cette édition.  

À l’entrée du site, une joyeuse bande de jeunes bénévoles, accueillait  chaleureusement les personnes.

IMG_2754

Le président Philippe de Bouglon ne cachait pas sa satisfaction : « Pour cette 19e édition, il y a 21 producteurs  d’armagnac, tant gersois que landais, auxquels il faut rajouter autant de  stands où la gastronomie avec les produits du terroir sont à l’honneur. »  

IMG_2710

IMG_2743

Les Sites remarquables du goût, le stand des producteurs italiens du réseau Cittaslow, ont connu eux aussi une forte fréquentation.

IMG_2707

Les amateurs d’activités artisanales ont découvert la tonnellerie, vannerie avec le paillage des bonbonnes de verre, le travail du forgeron…

Un coin très ludique a permis aux petits et aux adultes de s’initier  aux divers jeux traditionnels, complété par une démonstration de course landaise.

Samedi et dimanche, lors des tables rondes, les conférenciers ont distillé leurs connaissances, pour le plus grand plaisir d’un public composé de connaisseurs et de néophytes.

IMG_2723

Samedi, de nombreuses personnalités étaient présentes sur le site et en compagnie du maire Alain Gaube, avec beaucoup d’intérêt se sont attardées aux différents stands.

De nombreux maires de la Communauté de communes des Landes d’Armagnac, les sénateurs Éric Kerrouche et Monique Lubin, les députés Fabien Lainé et Boris Vallaud, le préfet des landes Frédéric Perissat, la conseillère départementale Magali Valiorgue par leur présence ont  prouvé leur attachement à cette manifestation, aux valeurs du terroir, gastronomiques, culturelles ainsi qu’au patrimoine local.

Fabien Lainé apprécie ce coin du terroir landais : «  C’est un village où je viens régulièrement et la place Royale est exceptionnelle. »

Monique Lubin venait à l’Armagnac en fête pour la première fois : «  C’est un magnifique village et l’Armagnac en fête avec son ambiance m’a conquise. »

Tous ces élus sont unanimes : «  Nous tenons aux produits locaux et on est là pour les faire connaître. Des événements comme l’Armagnac en fête méritent notre soutien et d’être davantage connus.

Alain Gaube, maire de Labastide d’Armagnac s’est exprimé : «  Je suis heureux de l’ampleur  de l’évènement et de voir la place Royale bien garnie. La place est devenue une vaste scène de théâtre où la statue de Bacchus en maître des lieux préside les festivités.

IMG_2726

Samedi, en fin d’après-midi, les membres de la confrérie de l’Escoubade ont intronisé les députés Fabien lainé et Boris Vallaud, l’Américain Brett Kassof, véritable connaisseur d’armagnac qui a remporté le 1er prix de dégustation à New York. Marzio Devecchi a été également récemment intronisé à Condom  Mousquetaire de l’Armagnac. L’Italien Marzio Devecchi est  l’auteur d’un livre «  A proposito di armagnac » Un livre  très documenté qui est complété par son site Internet  qui recense plus de 2 300 marques. Frédéric Perissat, préfet des Landes a été intronisé à son tour.  Tous se sont engagés à être Ambassadeurs de l’Armagnac.

IMG_2792

À la découverte des lagunes et du brame

Créé par le 30 sept 2017 | Dans : actualité, agriculture, éducation, gers, infos, landes, patrimoine

 LOSSE-RISCLE

IMG_2375

 Jeudi 28 septembre, en début d’après-midi, Thierry Bereyziat, technicien cynégétique de la fédération des chasseurs des Landes, Serge Jourdan, maire de Losse et son adjoint Jean-Pierre Labat,  ont accueilli  14 lycéens de  la classe de seconde de la filière  Gestion des Milieux Naturels et de la Faune (Nature Jardin Paysage Forêt), du lycée professionnel agricole de Riscle. Les élèves étaient accompagnés des professeurs Jean-François Gatel-Labie (Biologie-écologie), Baptiste Audrechy (Aménagement des espaces naturels) et Lisa Begue (Economie).

Cette sortie en milieu naturel les a conduits à découvrir la faune et la flore de deux lagunes.  Ces zones humides  qui sont de petites étendues d’eau douce, circulaires et de taille inférieure à un hectare, bénéficient depuis 2012, de la part de la commune de Losse  de préservation. Une démarche communale qui s’inscrit dans la politique de préservation des zones humides, engagée par la fédération de Chasse des Landes et dans le programme départemental de préservation des lagunes des Landes, engagé par le Département des Landes.

Pour ces jeunes passionnés de nature, ce moment  de découverte  et les riches explications  prodiguées par Thierry Bereyziat, les a captivés  et sérieusement intéressés. Leur satisfaction s’est exprimée en peu de mots : «  C’était un moment très bien durant lequel nous avons appris beaucoup de choses. »

En fin de journée, les jeunes et leurs accompagnateurs ont rejoint la salle des fêtes de Losse, où ils ont pris leur pique-nique.

À 20 heures, ils ont été rejoints par des habitants de Losse, de Parleboscq, ainsi que par quatre techniciens de l’ONF, et ensemble ont assisté durant une heure à la projection d’un documentaire de 1954,  relatant l’arrivée des premiers cerfs dans les Landes, notamment à Saint Gor. Ces premiers cerfs provenaient de  Chambord.

Le deuxième film «  Il était une fois le cerf », tourné récemment, avec de très belles prises de vues, relate en détail la vie des cerfs, des biches et faons  à travers les quatre saisons de l’année, et se conclut par le brame du cerf.

Suite à la projection, un débat fut ouvert et les étudiants ont demandé des précisions sur les dégâts occasionnés par les cerfs, ainsi que sur la gestion entreprise pour protéger les cerfs, tout en préservant la sylviculture et l’agriculture.

À l’issue de la projection, sous la conduite de Thierry Bereyziat, les étudiants se sont rendus dans la forêt lossaise pour écouter le brame du cerf.

Tard dans la nuit, après cette bonne journée très instructive, les étudiants très satisfaits, ont rejoint leur lycée de Riscle.

Cette bonne   initiative des professeurs du lycée en partenariat avec la Fédération des chasseurs des Landes, très enrichissante pour ces jeunes, laisse à tous un excellent souvenir. Thierry Bereyziat compte bien poursuivre ce lien avec le lycée agricole de Riscle. Pour leurs élèves,  les professeurs, envisagent d’autres sorties  comme celle de Losse, qui évidemment  complètent leurs heures passées en stage.

Ces étudiants qui suivent une scolarité pour obtenir un BAC Pro  GMNF, deviendront Agents techniques qualifiés  

 Quant au  lycée agricole de Riscle il a obtenu le label Haute Qualité Environnementale (HQE).

Table ronde et cinéma-débat « insecticide, mon amour »

Créé par le 15 fév 2017 | Dans : actualité, agenda, agriculture, com com armagnac, com com tenareze, gers, infos, landes

EAUZE

8647c724-9995-43aa-a937-0851c974c868

Dimanche 19 février, en partenariat avec le Ciné 32 et la médiathèque d’Eauze, la Confédération paysanne du Gers propose de débattre sur l’utilisation des pesticides en viticulture.

Au programme :

À 15 heures,  à la salle du Pôle Culturel d’Eauze, aura lieu une  Table ronde sur l’alternative aux pesticides en viticulture (flavescence dorée, maladies du bois…). Avec l’intervention de Pascal Frissant, vigneron dans le Gard, représentant de la Confédération paysanne à FranceAgriMer.

À 17 heures,  au cinéma d’Eauze projection du film « Insecticide mon amour » court métrage (52 min) de Guillaume Bodin .

Le Film

Guillaume Bodin a 26 ans, il est réalisateur et ouvrier viticole en Saône-et-Loire lorsqu’il est victime des traitements obligatoires aux insecticides contre la cicadelle de la flavescence dorée. Comme il est impossible de se faire entendre, il décide alors de quitter son travail et d’enquêter sur la question.

 Il part à la rencontre de nombreux acteurs du milieu viticole et scientifique comme Emmanuel Giboulot et Thibault Liger Belair, ces vignerons ayant refusé de traiter aux insecticides, ou Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS et lanceur d’alerte sur les effets catastrophiques de l’utilisation de ce type de pesticides sur l’environnement.

Le couple Claude et Lydia Bourguignon apporte de nombreuses informations sur l’impact de ces produits chimiques sur la faune des sols. Néanmoins, tout n’est cependant pas si sombre dans cette affaire, puisqu’un collectif de vignerons tente de faire évoluer le dossier vers un plus grand respect de l’environnement.

Notre Rousseur |
Solers-Actualités-Culture |
Auregaldelavie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacfercho
| Mon esprit critique a des c...
| LE SENEVE