février 2021

Archive mensuelle

Une agence immobilière s’est installée

Créé par le 25 fév 2021 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, com com landes armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, économie, gers, infos, landes, Lot et Garonne

CASTELNAU D’AUZAN-LABARRERE

IMG_5113

Pour la première fois dans l’histoire de Castelnau d’Auzan-Labarrère, une agence immobilière  s’est installée au bourg, plus précisément au 6 boulevard de la Libération.

Cette nouveauté auzanaise a vu le jour, grâce à Pascal Rivière,  enfant du pays qui revient très régulièrement à Castelnau d’Auzan-Labarrère.

Pascal Rivière est agent immobilier  depuis 30  ans, et possède une agence à Paris où il exerce ses compétences professionnelles.

En considérant toutes les maisons à vendre dans les secteurs de Castelnau, Cazaubon, Eauze, Gabarret, Sos, et tous les alentours, et sachant qu’une clientèle désire  s’installer et est  à la recherche de maisons à la campagne où dans des petits villages de  ce territoire, soit pour acheter ou louer, Pascal Rivière a créé Auzan Immobilier.

Il est le gérant de cette nouvelle entreprise, et pour assurer le bon  fonctionnement d’Auzan Immobilier, il a créé un emploi d’assistante commerciale d’agence immobilière.

Amélie Lalanne, qui était secrétaire dans une entreprise du gabardan, venait de quitter son emploi, et était prête à vivre une reconversion professionnelle.

La création d’Auzan Immobilier et de son poste d’assistance commerciale tombait à point pour Amélie Lalanne. Cette dernière, très motivée, a suivi une formation professionnelle, et évidemment  compte bien continuer à se perfectionner  en poursuivant régulièrement une formation.

Amélie Lalanne qui est, soit sur le terrain, soit à l’agence précise :

«  En très peu de temps, nous avons  réussi à meubler notre vitrine de biens qui sont en vente. Les personnes qui veulent vendre, acheter une maison  ou qui cherchent à trouver un logement en location, peuvent venir à Auzan-Immobilier pour s’informer, nous les guiderons aussi dans leurs démarches. »

Pour contacter l’agence et prendre rendez-vous, les personnes peuvent s’adresser au 05 62 68 00 69 ou  s’adresser à Amélie Lalanne au 07 87 24 85 22.

Le Comité des fêtes passe le relais

Créé par le 23 fév 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, fête, gers, infos, les sorties, loisirs, mairie, spectacle, tradition

ESTANG

IMG_9914

Le 14 février 2021, à 10 heures, les membres de l’association Comité des fêtes d’Estang  se sont réunis en assemblée générale extraordinaire avec à l’ordre du jour, le renouvellement de onze membres du bureau suite aux démissions présentées lors de l’assemblée générale ordinaire.  Les questions diverses furent aussi abordées.

 Le président Daniel Ducos a tout d’abord  remercié les personnes présentes et, en préambule, a précisé que cette réunion faisait suite à l’assemblée générale du 24 Janvier 2021 au cours de laquelle il a présenté la démission de 11 membres du bureau :

« La convocation à la présente réunion extraordinaire a fait l’objet d’une large communication (mails, voie de presse et affichage dans la commune) afin de solliciter les candidatures permettant de procéder au renouvellement du bureau. » a précisé le président.

Daniel Ducos a  fait un rappel des bilans moral et financier présentés lors de l’assemblée générale du 24 Janvier 2021 et qui ont été  approuvés à l’unanimité.

Les finances

À la  fin de l’année  2020, le montant des divers comptes du Comité se soldent à 16 375,80 euros sur le compte courant,  sur le CSL à  247,95 euros, et 13 093,93 euros  sur le livret A ASS,

Daniel Ducos a aussi rappelé  que les chapiteaux obtenus dans le cadre du budget participatif sont mis à disposition des associations et demande que leur prochaine utilisation fasse l’objet d’une information auprès de la préfecture du Gers qui doit venir y apposer son logo « Gers  Budget participatif ».

Le président a précisé  que d’après les statuts, le comité des Fêtes comprend douze membres élus pour un an, renouvelable au tiers chaque année. Lors de la dernière assemblée générale, les démissions de onze membres du comité des fêtes ont été présentées. Daniel Ducos a  fait part d’une certaine lassitude des membres démissionnaires et de la nécessité de procéder à la fois à un renouveau et à un rajeunissement des membres du comité. Il a donc demandé à l’assemblée si des personnes  étaient  volontaires pour faire partie d’une nouvelle équipe.

Elections

 Six personnes se sont portées  volontaires, il s’agit de  Gérard Barbe, Laurent Ayrau, Aymeric Brunet, Christian Ducos, Aurélie Castany, Sébastien Dubedat.

Le nouveau comité des fêtes comprendra donc sept membres incluant Patrick Dubos, non démissionnaire.

Aucun candidat ne se présentant aujourd’hui en qualité de président, il y aura lieu de procéder aux élections du président, du trésorier, du secrétaire et de leurs adjoints lors de la réunion d’installation du bureau.

Les nouveaux membres peuvent aussi, s’ils le souhaitent, « dépoussiérer » les statuts qui datent de la création du Comité et prévoir un nombre plus restreint de membres, sachant qu’ils pourront toujours compter sur l’appui de bénévoles et de bonnes volontés. Néanmoins, le président a signalé que les statuts prévoyant actuellement 12 membres, il serait bon de solliciter d’autres candidatures afin de pouvoir préparer sereinement les fêtes qui représentent un travail conséquent.

Daniel Ducos a apporté des informations concernant l’anticipation et l’organisation des événements relevant du comité des Fêtes. Il a insisté sur la nécessité de démarrer certaines actions dès le mois de mars pour les fêtes du mois d’aout, et ce même s’il n’y a pas de certitude concernant leur maintien en période de Covid :

 « Il faut anticiper, entre autres, vous devez apporter  la réponse aux forains qui ont déjà commencé à faire leurs demandes.  Prévoir  bien à l’avance,  la gestion des feux d’artifice,  les courses landaises,  la recherche de sponsors et toute la communication (affiches et programmes), ainsi que la négociation et la réservation des chars auprès de Villeneuve et de Mont-de-Marsan.  Vous devez aussi prévoir  la coordination des repas, conjointement avec les différentes associations (repas du vendredi et du samedi), la réservation des groupes de musique (mardi soir et samedi soir), ainsi que  le trail du dimanche matin. Un événement récent qui amène un nouveau public et qui rapporte un bénéfice de 700 euros. »

Le président a insisté  sur la nécessité de maintenir l’équilibre des comptes :

«  La soirée du samedi est la plus couteuse mais rassemble le plus de monde avec ses trois bandas, le feu d’artifice, Decabel et les chars. La buvette assurant seule les recettes. Concernant les courses landaises, il faut 800 entrées pour être bénéficiaire. À titre d’exemple, la course du dimanche après-midi, organisée par le Comité a rapporté 600 euros en 2018 et 100 euros en 2019. Lors de l’arrivée du précédent maire, la subvention communale était de 4 500 euros. Elle a été ramenée à 2 500 euros grâce à une recherche d’autonomie, des économies sur les dépenses et une gestion rigoureuse des comptes. »

Daniel Ducos a évidemment  regretté que si peu de personnes se soient senties concernées par cette réunion et le manque de candidatures. Il a remercié  les futurs membres et propose d’organiser rapidement avec eux une réunion de « transition » afin de leur communiquer les informations et les documents qui leur permettront de remplir leurs nouveaux rôles. À cette occasion, les déclarations officielles seront complétées et envoyées à la Préfecture.

Parmi les questions diverses, celles-ci ont été posées :

 Quels sont les événements organisés par le comité des fêtes qui ont généré le plus de bénéfices ?

Le président  a répondu qu’au-delà d’une gestion rigoureuse, les spectacles de Nadau ont permis de constituer une confortable trésorerie.

Quel est le rôle des autres membres du comité (qui n’ont pas une fonction d’administrateur de l’association) ?

Réponse : Ils sont sollicités pour aller chercher des sponsors et récolter les fonds qui permettent de financer les programmes et les affiches. Ils vont apposer les affiches dans les villages environnants. De nombreuses autres taches sont réparties entre tous les membres.

La course landaise du dimanche va-t-elle rester au comité des fêtes ou revenir au Club taurin ?

Daniel Ducos a répondu que traditionnellement, le comité organise la course du dimanche mais que cela peut se négocier avec le nouveau comité.

En conclusion, le président a  souhaité que les  fêtes rencontrent toujours le même succès et assure que le bureau actuel fera tout pour assurer une bonne transmission des informations. Il a remercié chaleureusement les musiciens d’Estang qui animent traditionnellement la totalité des fêtes gratuitement. La séance a été  levée à 11 heures.

Les Sixièmes de Saint-Jean Bosco ont créé leur blog

Créé par le 23 fév 2021 | Dans : actualité, com com landes armagnac, éducation, infos, landes

GABARRET

classe

Quel est le lien entre échantillonner de la biodiversité, courir en suivant un plan, fêter l’année du buffle de métal, savoir comment sortir d’un bus en 30 secondes, réécrire la fin de « la Belle et la Bête », faire une carte de vœux sur PowerPoint et apprendre à plaquer ? Cet inventaire à la Prévert est issu des articles du blog « les Sixièmes de Bosco » que les élèves viennent de mette en ligne sur le site du collège.

Accompagnés de leurs professeurs principaux mesdames Marie-Dorothée Castets et Hélène Héricher, les deux classes de sixième très enthousiastes, ont décidé de créer cette année un blog afin de faire découvrir à leurs proches,, la variété de leurs activités au collège, mais aussi parce que le blog est un moyen d’utiliser en classe des outils numériques qu’ils apprécient beaucoup dans leur quotidien :

« Nos sixièmes bénéficient de l’expertise de nos collègues du lycée Saint-Joseph, spécialisés dans le numérique. Aussi dans le collège, les élèves utilisent les outils informatiques de manière raisonnée dans des classes dédiées et sous notre vigilance afin d’éviter une surexposition permanente aux écrans toute la journée » précise  Marie-Dorothée Castets.

Ainsi, c’est dans la salle informatique que les sixièmes tiennent ce blog « classe », véritable journal de bord, accueillant leurs créations étonnantes sous forme de comptes rendus et reportages-photo :

 « Ce blog est un autre moyen de valoriser les élèves en mettant en avant les talents de chacun au service d’un collectif. C’est aussi un moyen concret de commencer à former les sixièmes au bon usage du numérique, à l’éducation aux médias et à l’information. Nous leur rappelons que la liberté d’expression, cela ne veut pas dire qu’ils ont le droit de dire ou d’écrire n’importe quoi, que cela soit dans la vie réelle ou sur le web » a  ajouté Hélène Héricher. Alors si vous voulez savoir comment  « les Sixièmes de Bosco » ont imaginé la nouvelle fin du conte « la Belle et la Bête », ils vous attendent nombreux sur leur blog. »

Une Boutique éphémère à l’Ehpad

Créé par le 19 fév 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, éducation, gers, infos, solidarité

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

 

Fekkar Fadwa  et Amélie Dauga

Fekkar Fadwa et Amélie Dauga

Jeudi après-midi, les résidentes et résidents  de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), du Clos Armagnac de  Cazaubon, étaient conviés au salon  pour assister à l’inauguration d’une Boutique éphémère.

Cette boutique  proposait gratuitement des vêtements de très bonne qualité,  aux aînés qui vivent à l’Ehpad, et qui, à cause de la Covid 19 n’ont pas pu refaire leur garde-robe.

Cette initiative est le fruit d’un  travail  scolaire de Fekkar Fadwa (18 ans), scolarisée à la Maison familiale et rurale de Barbaste située dans le département du Lot-et-Garonne.

Ce projet innovant réalisé par Fekkar Fadwa et sa camarade de classe Amélie Dauga (20 ans) a été pensé et concrétisé  dans le cadre de leur  formation baccalauréat professionnel « Services aux personnes et aux territoires ». La direction de l’Ehpad cazaubonnais de Korian a été très favorable à cette initiative.

C’est en présence de leurs monitrices  référentes, Marie-Pierre Sammartin, Pascale Daugé et  des responsables et animatrices de l’Ehpad que Fekkar Fadwa a inauguré la boutique.Elle a tout d’abord remercié  le personnel de l’Ephad qui l’a accompagnée dans cette réalisation, notamment  mesdames  Lefevre, Blemond, Leroux :

«  Elles m’ont permis de donner jour à ce projet, et sans elles, je n’aurais rien pu faire. »

Après avoir remercié ses monitrices référentes qui l’ont soutenue tout au long du projet,  Fekkar Fadwa a vivement remercié les partenaires qui, par leur disponibilité et leur générosité, ont contribué à la réussite de la boutique éphémère, notamment monsieur Mallet,  directeur  d’Emmaüs d’Agen, l’association humanitaire, d’entraide sociale (Afdas),  madame Barros, responsable du textile au Leclerc d’Eauze pour les vêtements , ainsi que la responsable du textile d’Intermarché de Cazaubon pour les cintres.

IMG_5149

Amélie Dauga a conclu ce temps de discours en s’adressant aux résidentes et résidents :

«  Vous devez sans doute vous demander ce que c’est! A,lors c’est une sorte de boutique où vous allez choisir des vêtements qui vous plaisent et les garder gratuitement car nous savons tous qu’à cause de la situation sanitaire vous n’avez pas pu refaire votre garde-robe. En espérant que vous trouverez votre bonheur. »

Pour cette première, et ce n’est que le début,  il y avait une soixantaine de vêtements  pour les  dames  et d’autres pour les hommes, notamment des tee-shirts, pantalons, pulls, vestes, blousons, jupes, chemises de nuit, écharpes…

Avec beaucoup de délicatesse et de disponibilité,   les hôtesses de la Boutique éphémère,  Fekkar Fadwa et Amélie Dauga, ainsi que Laura, animatrice de l’Ehpad,  ont accompagné les aînés dans leur choix de vêtements.

Les monitrices, Fekkar Fadwa, Amélie Dauga et le personnel de l’Ephad

Les monitrices, Fekkar Fadwa, Amélie Dauga et le personnel de l’Ephad

 

Non aux 10 fermetures de classes

Créé par le 19 fév 2021 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, éducation, gers, infos, mairie

GERS

Photo: Conseil départemental

Photo: Conseil départemental

Communiqué du Conseil Départemental

Les élus de la majorité départementale ne comprennent pas que le « quoi qu’il en coûte pour les entreprises » ne se traduise pas par un « quoi qu’il en coûte pour l’école ». 

Communiqué de :

Charlette Boué, Conseillère Départementale

Yvette Ribes, Conseillère Départementale

Cathy Daste Leplus, Conseillère Départementale

Bernard Gendre, Conseiller Départemental

Philippe Dupouy, Conseiller Départemental : représente Monsieur le Président du Conseil Départemental, Philippe Martin (voix consultative)

En dépit de la forte mobilisation des maires, des parents d’élèves, des enseignants et de leurs organisations syndicales pour défendre l’école publique dans le Gers,

En dépit des échanges qui ont eu lieu après le report du CDEN, et qui ont permis de rapporter un nombre hélas limité de projets de fermetures de classes,

La carte scolaire pour le Gers se traduira, pour le 1er degré, par un nouvel affaiblissement du service public de l’Éducation Nationale dans notre département.

Les élus du Conseil Départemental, membres du CDEN, regrettent que la demande de moratoire éducatif portée par le Président du Département, par deux parlementaires et deux  conseillers régionaux n’ait pas été entendue.

En conséquence, les 4 élus de la majorité départementale représentants le Département au sein de ce CDEN voteront contre les 10 fermetures de classes examinées cet après-midi, et contre une carte scolaire qui est une mauvaise nouvelle pour le Gers.

Même si ce n’est pas l’objet du CDEN d’aujourd’hui, nous sommes également inquiets pour le second degré. C’est la raison pour laquelle, plus que jamais, nous sommes mobilisés aux côtés des mouvements en cours dans plusieurs collèges et lycées où les enseignants, les parents d’élèves, les syndicats et les élus locaux n’acceptent pas la baisse de la Dotation Horaire Globale et la baisse de l’Allocation progressive de moyens, qui était un avantage consenti aux établissements en milieu rural.

Plus globalement, les élus de la majorité départementale ne comprennent pas que le « quoi qu’il en coûte pour les entreprises » ne se traduise pas par un « quoi qu’il en coûte pour l’école ».

L’ALSH a rencontré les résidents de l’Ehpad

Créé par le 17 fév 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, éducation, gers, infos, solidarité

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMAGE 6

Mardi 16 février, les enfants de l’accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) de la Communauté de communes du Grand-Armagnac (CCGA), se sont rendus à l’Ehpad de Korian «  Le Clos d’Armagnac ».

Cette rencontre intergénérationnelle de 5 à 101 ans, dans le cazaubonnais, a pu se réaliser grâce à un mur transparent, et évidemment des masques pour les enfants de plus de 6 ans. Ces   nouvelles mesures qui ont été mises en place permettent de relancer dynamiquement les échanges entre les enfants de l’ALSH et les résidents de l’Ehpad.

Pour cet événement de début d’année, le traditionnel Mardi gras tombait bien et a permis un excellent moment avec chant, danse, déguisements, banderoles… Les sourires perlaient aux coins des lèvres,   clins d’œil échangés et bisous qui s’envolent ont permis à tous d’exprimer leurs sentiments.

La spontanéité, la gaieté et le plaisir partagés ont été  les mots clefs de cette  journée.

Que ce soit le début, milieu ou fin de la crise sanitaire, évidemment personne ne le sait… mais en tous les cas, tous sont très motivés  et engagés dans les projets « part’âgé ».

À l’Ehpad le clos d’Armagnac, 95% des résidents ont été vaccinés et 60% des professionnels de  Korian.

Tous sont convaincus de l’importance de ces rencontres  et évidemment souhaitent  une longue vie au projet intergénérationnel avec les enfants de l’accueil de loisirs et les résidents du Clos d’Armagnac.

 Au sein de la CCGA, le personnel  qui encadre les enfants  mène une réflexion sur  le déploiement des moyens de communication visuelle sur site dans les ALSH de la CCGA afin de tisser un lien, et  comment innover  afin de pouvoir réaliser des actions tous ensemble.

Mobilisés pour conserver leurs trois classes

Créé par le 12 fév 2021 | Dans : actualité, com com armagnac, éducation, gers, infos, mairie, solidarité

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMG_5140

Vendredi 12 février,  de 16 heures à 17 heures, les parents d’élèves, grands-parents, élus, et des cazaubonnaises et cazaubonnais se sont réunis devant l’école maternelle « Les Tournesols » pour exprimer leur refus de fermeture d’une classe.

Un rassemblement proposé par les délégués des parents d’élèves, soutenus par l’association des parents d’élèves. 

D’après les prévisions de l’Éducation nationale pour la rentrée scolaire 2021-2022, il y aurait seulement 39 ou 40 élèves scolarisés dans cet établissement.

En effet, ce sont 28 enfants de la grande section qui quitteront les Tournesols pour aller au CP de Cazaubon à la rentrée 2021-2022. Ce départ explique la forte baisse d’effectif, qui d’après les parents d’élèves est provisoire.  

Isabelle Tintané, maire de la commune a eu la possibilité de s’entretenir avec  Farid Djemmal,  directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen du Gers), et de lui présenter  les diverses données qu’elle possède et qui évidemment  plaident en faveur du maintien des trois classes.  Le comptage de plus d’une dizaine de tout-petits n’a pas été pris en compte, ainsi que  l’arrivée de deux enfants avec des handicaps et  qui seront scolarisés dans le courant de l’année, l’arrivée également possible sur Cazaubon de saisonniers avec leurs enfants :

«  Il faut bien qu’il y est la possibilité d’accueillir dans de bonnes conditions ces enfants. Ces derniers peuvent s’inscrire tout au long de la saison. Il faut tenir compte de la ruralité et donc des conditions particulières  afin de donner une chance supplémentaire aux enfants. Avec les responsables de l’Éducation nationale, notamment le Dasen, nous sommes encore en discussions. »

Le maire a rappelé  que l’Éducation nationale a tenu compte de l’arrivée à l’école primaire de Cazaubon des 28 grandes sections et que  l’ouverture d’une classe à l’école primaire est actée. Pour cette école, à la rentrée il y aura donc  bien cinq classes.    

Les délégués des parents d’élèves ont précisé :

« Ici, de nombreux parents viennent inscrire leurs enfants seulement au mois de juin, et d’autres à partir du mois de janvier  quand leur enfant a atteint l’âge.  Pour cette rentrée nous recensons au minimum  54 enfants qui seraient  répartis donc en deux  classes.

  Nous avons même noté une nette augmentation par rapport au prévisionnel et celle-ci s’explique par la mobilisation des parents des enfants de toute petite section et petite section qui n’avaient pas réalisé les démarches afin de figurer sur la précédente liste.

Nous disposerions alors soit de 18 élèves par classe avec trois niveaux ou de 27 élèves par classe avec deux  niveaux. La natalité fait état pour le moment d’une quinzaine de naissances en 2020, pour la seule commune de Cazaubon. Nous pouvons donc envisager au minima une stabilisation voire même une hausse des effectifs pour les prochaines années.

Nous avons fait parvenir un courrier au Dasen où nous précisons les principaux points importants qui plaident en faveur du maintien des trois classes. Une pétition est disponible chez les commerçants, et les personnes peuvent  participer en ligne à la pétition  qui est sur mes opinions.com.   »

Les trois représentantes locales du Syndicat  S.N.U.I.P.P ont rappelé la réunion du Comité technique  qui s’est tenue le 11 février  et qui fut boycottée  par les représentants syndicaux et les élus, entrainant un report de votes sur les  décisions d’ouvertures et de fermetures de classes.

Les représentantes ont précisé que le Dasen tenait à un taux d’encadrement dans les écoles qui devait atteindre seulement 20 enfants par classe. Évidemment ce ne serait pas le cas à Cazaubon avec deux classes. Elles ont ensuite  rappelé l’attachement du Dasen à l’école inclusive adaptée aux besoins de tous :

«  Nous accueillerons  deux enfants avec des handicaps, dans des classes avec des effectifs trop importants, les bonnes conditions de scolarisations ne seront plus réunies.  Nous avons eu  pendant trois ans  un dispositif d’accueil  particulier qui  a nécessité l’achat  de beaucoup de matériel. Avec cette fermeture tout est remis en question surtout l’accueil des tout-petits. »

IMG_5123IMG_5124

Réouverture de la Maison de la Presse

Créé par le 12 fév 2021 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, économie, gers, infos

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

IMG_4613

Samedi 27 février, à Barbotan les Thermes,  Camille Delhoste accueillera de nouveau la clientèle à la Maison de la Presse située  au 39 avenue des Thermes.

En complément  aux journaux, revues, magazines…, Camille Delhoste propose dans son commerce des cartes postale de Barbotan et des sites touristiques du Gers, ainsi que des souvenirs, produits du terroir… On y trouve également divers objets de qualité  pour se faire plaisir ou faire des cadeaux à des proches.

Contact : 05 62 03 89 38.

France relance #1jeune 1 solution

Créé par le 12 fév 2021 | Dans : Non classé

GERS

Communiqué de la Préfecture

À l’occasion d’une réunion des élus, des partenaires sociaux, des chambres consulaires et des professionnels de l’emploi, dans le cadre du service public de l’emploi du Gers, un point d’étape a été fait sur le volet « cohésion » du plan  #1jeune1solution dans le cadre plan de relance, ses orientations 2021 et les nouvelles mesures. Cette rencontre a permis également d’échanger sur la situation du marché du travail du Gers et de faire un point sur les dispositifs permettant d’éviter ou de limiter les licenciements économiques dans le département comme l’activité partielle de longue durée ou encore la formation continue soutenue par le FNE.

Quelques résultats :

À fin janvier 2021, 718 aides à l’embauche des jeunes (4000 € maximum) déposées par 568 entreprises et 703 aides exceptionnelles à l’apprentissage (8000 € maximum) déposées par 544 employeurs

Durant l’année 2020, 337 jeunes entrés en accompagnement Garantie Jeunes et 794 jeunes en PACEA (Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie) mis en œuvre par la Mission Locale de Gers, 232 en AIJ (Accompagnement Intensif des Jeunes) mis en œuvre par Pôle Emploi,

Repères clés du Gers :

•                                 Taux de chômage de 6,7 % au 3e trimestre 2020 (10,5 % en Occitanie et 8,8 % en France Métropolitaine)

•                                 13 580 demandeurs d’emplois (DE) de catégorie ABC au 4e trimestre 2020 (+7,1 % sur un an)

•                                 1 680  DE jeunes de moins de 25 ans de catégorie ABC au 4e trimestre 2020 (+13,5 % sur un an)

•                                 57 184 emplois salariés au 3e trimestre 2020

•                                 1 150 apprentis inscrits dans les CFA (Centre de formation d’apprentis) gersois au 31/12/2020 (9,5 % par rapport à 2019)

Source Pôle Emploi/DIRECCTE – Donnée corrigées des variations saisonnières

Pour rappel, le plan #1jeune1solution, lancé le 23 juillet 2020 par M. Jean CASTEX, Premier ministre, vise à offrir une solution à chaque jeune par la mobilisation d’un ensemble de leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, etc. afin de répondre à toutes les situations. Décliner en 3 axes (Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle – Orienter et former vers les secteurs et métiers d’avenir – Accompagner plus particulièrement les jeunes éloignés de l’emploi en construisant un parcours sur mesure), l’objectif est de ne laisser personne sur le bord de la route.

Bilan du surendettement

Créé par le 12 fév 2021 | Dans : actualité, agenda, com com armagnac, com com tenareze, com.com du Bas Armagnac, économie, gers, infos, politique, service social, solidarité

GERS

Photo: Préfecture du Gers

Photo: Préfecture du Gers

Communiqué de la Préfecture

La Commission de surendettement s’est réunie, et le bilan de l’année 2020, révèle une baisse du nombre de dossiers pour la sixième année consécutive.

   Xavier Brunetiere, préfet du Gers, a présidé le 10 février 2021, la commission plénière de surendettement. Il a salué le travail d’accompagnement réalisé par les services de la Banque de France et des membres de la commission en dépit des contraintes imposées par la lutte contre la Covid-9.

Il a également salué le projet de présence d’une permanence dans les territoires, notamment de France Service.

Bilan 2020 et évolution du surendettement dans le Gers

Suivant la tendance observée au niveau national et régional, le nombre de dossiers de surendettement déposés auprès de la Banque de France du Gers enregistre une baisse pour la 6ème année consécutive.

2020 a été marquée par une diminution encore plus forte que les précédents exercices : 320 familles ont sollicité le secrétariat de la Commission pour les aider à résoudre leurs difficultés soit 100 de moins qu’en 2019 (-24%).

Cette tendance s’explique par un recul très net des dépôts pendant les périodes de confinement, de mars à juin ainsi qu’en novembre, sans avoir observé de phénomène de rattrapage les mois suivants.

Le nombre de ménages ayant déposé pour la première fois un dossier pour obtenir un report, un rééchelonnement ou un effacement de leurs dettes a aussi reculé dans des proportions un peu plus importantes : il est passé de 196 en 2019 à 139 en 2020.

45% des dossiers traités par la Commission du Gers aboutissent à un effacement total des dettes : cette mesure s’applique lorsque la situation du déposant apparaît irrémédiablement compromise, qu’il n’a aucune possibilité de remboursement au vu de ses ressources et de ses charges et qu’il ne possède pas de bien immobilier.

Dans 30% des dossiers, des mesures de remboursement sont imposées aux créanciers et au débiteur, avec éventuellement un effacement partiel à l’issue. Les dossiers comportant des biens immobiliers, représentant 11% des dépôts, font l’objet de plans amiables négociés avec les créanciers en vue de leur sauvegarde ou de leur vente.

Le reliquat est constitué de dossiers décidés irrecevables (7%), comme les anciens entrepreneurs ayant des dettes professionnelles et qui relèvent du dispositif des procédures collectives ou alors de dossiers clôturés (7%), le débiteur ayant trouvé d’autres solutions à ses problèmes de surendettement.

L’endettement médian des dossiers déposés est de l’ordre de 18.827€ (50% des dossiers ont donc un endettement en deçà de ce seuil).

Des arriérés de charges courantes sont présents dans plus de ¾ des situations de surendettement, avec dans une majorité de cas, des dettes liées à l’énergie et la téléphonie-internet ainsi que des retards de règlement de loyers.

La composante « dettes immobilières » est surreprésentée dans le Gers comparé aux niveaux national et occitan (22% des dossiers concernés contre un peu plus de 14% au niveau national et régional) avec un endettement médian immobilier supérieur au niveau national de 95 394€ (93 760€ en France).

Il a également été rappelé la situation spécifique des véhicules en contrat de location avec option d’achat (LOA) ou location longue durée (LLD) : les caractéristiques de ces contrats font qu’ils n’entrent pas dans les plans. Tout incident de paiement peut conduire à la reprise du véhicule par le bailleur.

Mission de la commission de surendettement

La Commission de surendettement a pour mission d’aider la personne surendettée à trouver une solution avec ses créanciers, sous réserve d’un surendettement réel à titre personnel et d’être de bonne foi.

La commission peut proposer un échéancier amiable ou imposé sur 7 ans maximum (ou plus en cas de dettes immobilières pour conserver la résidence principale) avec effacement éventuel des dettes non apurées au terme, un moratoire de 24 mois (pour vente du bien ou retour à l’emploi) ou, dans le cas de situation irrémédiablement compromise, un effacement total des dettes.

Elle se compose de 7 membres. Présidée par le préfet ou son représentant, elle comprend un vice-président (le Directeur Départemental des Finances Publiques ou son représentant), un secrétaire (la Directrice Départementale de la Banque de France), un représentant des établissements de crédit, un représentant des consommateurs (dans le Gers, c’est l’UDAF), un spécialiste en économie sociale et familiale et un juriste.

123

Notre Rousseur |
Solers-Actualités-Culture |
Auregaldelavie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon esprit critique a des c...
| LE SENEVE
| LORSQUE L’ON EMPECHE UNE FE...