GERS, LANDES

07

Le 15 juin aura lieu la Journée Mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées. La semaine dernière une enquête de l’association Petits Frères des Pauvres révélait que 720 000 personnes âgées n’avaient eu aucun contact avec leur famille pendant le confinement : il est temps d’agir !

Si la solidarité envers les personnes isolées, en particulier les personnes âgées, a pris de l’ampleur durant le confinement, la crise sanitaire liée au coronavirus remet aussi sur le devant de la scène les discriminations et l’âgisme dont sont victimes les seniors. C’est ce qu’illustre notamment la proposition de l’économiste belge Jan-Emmanuel de Neve d’instaurer une « taxe corona » payée par les personnes âgées.

En avril dernier, Ergocall a réalisé une vaste étude qui souligne que la moitié des personnes âgées les plus précaires recevaient moins de visites depuis le 17 mars ; une situation provoquée par le confinement mais aussi par le risque sanitaire (33,7 % des aidants professionnels ont été contraints de diminuer, voire d’annuler, leur passage au domicile de seniors).

Mais, la détresse de l’isolement n’est malheureusement pas nouvelle et pas uniquement liée à cette période inédite. D’après une enquête réalisée par l’INSEE en septembre dernier, 6,6 millions de Français âgés de 16 ans ou plus souffrent d’isolement et déclarent avoir moins d’un contact par semaine (septembre 2019). Parmi les personnes les plus concernées : les seniors. 6% des personnes âgées de 60 ans et plus sont isolées à la fois des cercles familial et amical, soit 900 000 personnes. Et 2% des personnes âgées de 60 ans et plus sont isolées des quatre cercles de sociabilité à la fois (familial, amical, de voisinage et des réseaux associatifs), soit 300 000 personnes dites en situation de « mort sociale ».

De nombreuses études révèlent que la solitude peut avoir des conséquences dramatiques. Comme l’indique la revue Sciences et Avenir début 2020, la solitude peut augmenter le risque de mortalité de 29%, une influence comparable à celle du tabagisme ou de la consommation d’alcool, et peut également influer négativement sur la santé mentale et cardiovasculaire.

À l’approche de la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées organisée le 15 juin prochain, l’éclairage de Charles Berdugo, fondateur d’Ensembl’, pourrait vous intéresser.

En effet, si le réseau social de proximité Ensembl’ favorise l’entraide entre voisins et permet aux acteurs de la ville de lutter contre l’isolement des populations, son action est décuplée par l’outil professionnel dédié aux collectivités Solidar-IT. Ce dispositif numérique innovant de coordination et de développement de nouvelles formes de solidarité permet de recréer du lien social. Différentes villes comme Le Havre ou Pau l’ont déjà adopté.

 

A PROPOS D’ENSEMBL’ ET DE MA-RESIDENCE

 Avec plus de 200 000 utilisateurs et près de 200 collectivités partenaires, Ensembl’ et Ma-residence constituent le 1er réseau social français d’échange et d’entraide entre voisins. Ensembl’ est le réseau de voisins de quartier, Ma-residence est dédié à la vie de l’immeuble. Entièrement gratuits, sécurisés et sans publicité, les deux sites et leur application respective ont vocation à faciliter le partage local et à permettre aux habitants et aux acteurs de la vie locale (collectivités, associations, commerces, bailleurs, promoteurs, établissements seniors, résidences étudiantes, etc.) d’échanger plus facilement des informations et des services. Depuis 2015, Ensembl’ a placé le renforcement de la solidarité envers les personnes isolées au cœur de sa mission, proposant alors un dispositif innovant dédié à soutenir les collectivités dans leur démarche de solidarité locale vis-à-vis des seniors et autres personnes isolées grâce aux ressources du voisinage.

www.ensembl.fr

www.ma-résidence